Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/12606

Jacques Martin, le père de Lefranc et d'Alix nous a quitté

L'auteur le plus prolixe (boulimique ?) de la bande dessinée est décédé hier, il avait 88 ans.

Le par  

A quelques jours de l'ouverture du Festival de la bande dessinée d'Angoulême qui aura lieu du 28 au 31 janvier, le monde de la BD est en deuil : Jacques Martin, l'un de ses derniers "monstres sacrés" et l'un de ses auteurs les plus prolixes, est décédé hier, à son domicile de Bousval, en Brabant Wallon.

Né en 1921 à Strasbourg, Jacques Martin publia ses premières planches en 1946, dans les colonnes du journal de Tintin, avec les aventures d'Alix.

jacques-martin-alix

Ses études aux Arts et Métiers, influenceront durablement un style précis et technique, à nul autre pareil.

Proche collaborateur d'Hergé, à l'instar d'Edgar P. Jacobs, on lui doit la modernisation de certains albums de Tintin, dans les années 50 et 60.

A partir des années 70, il développera sa propre équipe (Bob De Moor, Gilles Chaillet, Jean Pleyers, Christophe Simon, André Taymans, Olivier Pâques et Thierry Cayman) et publiera près de... 70 albums des aventures de héros récurrents comme Alix, Lefranc, Jhen, Keos, Loïs... ainsi qu'une cinquantaine d'albums de voyage, notamment sur l'antiquité.

Avec Alix, puis Jhen, Arno, Orion, Kéos et Loïs, Jacques Martin avait fondé un genre : celui de la bande dessinée historique rigoureusement documentée. Parcourant les siècles, cet Alexandre Dumas de la bande dessinée, s’inspirant des sources historiques et archéologiques avec une exigence inédite, a fait revivre la Rome de César avec Les Légions perdues, la guerre de Cent Ans avec Jhen, l’épopée napoléonienne en compagnie d’Arno.

L'auteur aux 15 millions d'albums vendus souffrant depuis de nombreuses années de problèmes de vue, avait souhaité que ses héros lui survivent. Il s'était entouré à ces fins d'une équipe qui devrait, aux dires de son éditeur, Casterman, poursuivre son oeuvre.

A l'instar de son ami Edgar P. Jacobs avec Blake et Mortimer.

jacques-martin-la-grande-menace-Lefranc
Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire
et ne ratez plus aucune info

Vos réactions

Précisions

Par Nobleman le 22-01-2010
Il est exact, comme le dit l'article, que Jacques Martin a prévu sa succession et a écrit des dizaines de synopsis en donnant sa bénédiction à ses collaborateurs pour continuer les aventures de ses personnages.
Par contre, c'est totalement faux concernant jacobs, qui n'a jamais au grand jamais évoquer ou souhaiter le prolongement de son oeuvre.
Ce fut une pure opération commerciale et les débuts furent d'ailleurs douloureux, Juillard ne parvenant pas à sortir de son style pour épouser celui de Jacobs. Par la suite, particulièrement avec l'arrivée du scénariste Sente, on était proche de la ligne Jacobs. Mais pas avec sa bénédiction, il était mort depuis longtemps :! :)
Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Contenu *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *

A lire aussi sur Graphiline.com

Publicité