Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/14487

4 fonds d'investissement en lice pour reprendre les cartes à puce d'Oberthur

Le processus de recentrage d'Oberthur sur l'impression fiduciaire se précise.

Le  par  
4 fonds d'investissement en lice pour reprendre les cartes à puce d'Oberthur

Depuis la récente annonce d'une volonté de recnetrage du groupe d'imprimerie Oberthur sur son activité historique, à savoir l'impression fiduciaire, les choses ont bien avancé.

Quatre fonds d'investissement se démarqueraient d'ores et déjà, suite au premier tour de dépôt des offres de reprise qui avait lieu la semaine dernière : Advent, Bain, One Equity et PAI.

Selon nos informations, ce recentrage d'activité pourrait passer par une cession de 60% du capital de son activité de carte à puce et identité (passeports, cartes d'identité...), activité qui pèse près de... 73% du chiffre d'affaires du groupe, soit 715 millions d'euros sur 979.

Une activité valorisée près d'un milliard d'euros, la différence entre les différentes offres faites portant sur les conditions de sortie du futur actionnaire et de la famille.

Selon nos informations, la famille Savarre resterait en effet actionnaire de cette activité à hauteur de 40% et en cas d'impossibilité d'introduction en bourse de cette structure, pourrait bénéficier d'une clause de préemption.

Un élément qui ne faciliterait pas la stratégie des différents fonds acquéreurs, qui souhaiteraient eux prendre un contrôle total de la structure afin de maximiser leurs profits lors d'une future cession.

Dans tous les cas de figure, ce recentrage du groupe d'imprimerie Oberthur sur l'impression fiduciaire (137 millions d'euros de chiffre d'affaires), mis en perspective avec le récent débauchage de l'ancien directeur Général de l'imprimerie De La Rue, le leader mondial du fiduciaire, ce après l'échec de l'OPA d'Oberthur sur De La Rue, est sans doute le prélude à de grandes manoeuvres dans le secteur.

Si Oberthur ne peut lancer de nouvelle OPA sur De La Rue pendant 6 mois, suite à sa dernière tentative, il est sûr que le groupe, disposant bientôt de près d'un milliard d'euros de cash, pourrait sans doute se relancer dans l'aventure, avec des arguments plus convaincants.

Les exemples de "petits poucets" partant à l'assaut de géants sont légion dans la finance, de Total sur Elf à Sanofi sur Aventis.

Celui d'Oberthur sur De La rue constituerait sans doute une grande première dans l'imprimerie.

Début Mai, Oberthur a catégoriquement déclaré ne pas vouloir relancer une telle démarche.

Dans tous les cas de figure, les mois qui viennent seront riche en actualités dans l'impression fiduciaire.

Réagir à cet article
Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Votre commentaire *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *
Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire et ne ratez plus aucune info

Vie des entreprises
(Dossier de 8974 articles)

A lire aussi sur Graphiline.com

Publicité
Suivre l'actualité
des Arts Graphiques