Graphiline.com - Toute l'actualité de l’imprimerie, de l’emballage, de la création graphique

Cartes de visite gratuites - VistaPrint lourdement condamné pour concurrence déloyale

Où il est dit que certaines pratiques commerciales ne sont pas légales en Europe, même sur Internet.

Le

Cette nouvelle condamnation de VistaPrint va t-elle sonner le glas d'un modèle de développement qui a fonctionné depuis 10 ans, mais qui est finalement... illégal en Europe ?

Tel est en effet le constat qui découle de l'énoncé du verdict du tribunal de Dresde (Allemange), qui vient de condamner lourdement la société américaine, dont le siège social a semble t-il été transféré des Bermudes aux Pays-Bas (!), et qui est parvenue en 10 ans à devenir le numéro un mondial de l'imprimerie en ligne.

Les fait remontent au 30 novembre 2010, lorque le tribunal de Dresde, suite à une plainte de l'imprimerie allemande United Print (Print 24), juge illégale la démarche commerciale  de Vistaprint consistant à prospecter au moyen de produits annoncés gratuits, alors que des frais sont finalement facturés au client.

Pour la justice allemande, cette pratique est déloyale et donc contraire aux règles de la concurrence.

vistaprint-illegal_400Publicité de Vistaprint sur societe.com

Ce stratagème de Vistaprint, tout profesionnel de l'imprimerie le connaît et a en effet pesté contre, un jour ou l'autre, parce qu'il dévalorise d'un côté l'imprimé en l'assimilant à un produit qui ne vaut rien et parce qu'il décrédibilise ensuite les imprimeurs en facturant de facto une prestation annoncée gratuite, selon le vieux dicton imprimeur-voleur.

Confrontée à un jugement qui met à terre une bonne partie de sa stratégie marketing, la société américaine (?) a fait immédiatement appel de ce jugement.

Las, le 30 septembre 2011, la Cour d'Appel de Dresde a confirmé le jugement de première instance, jugeant illégales les pratiques de Vistaprint, société qui a obtenu un avantage concurrentiel grâce à des affirmations mensongères...

Cet arrêt de la Cour d'Appel de Dresde est d'autant plus intéressant qu'il oblige Vistaprint à informer print24 de l'ampleur des opérations de prospection interdites. Ainsi, la société basée à Nassau est tenue de réparer les dommages causés à print24 à partir du 11.02.2011 et qui lui seront encore causés à l'avenir en raison des agissements de Vistaprint contraires aux règles de concurrence. Par conséquent, Vistaprint doit communiquer à print24 les commandes générées par son comportement déloyal et le chiffre d'affaires ainsi réalisé, avec les coûts effectivement produits par ces commandes. La valeur du litige a été fixée à 250 000 euros.

Si cet arrêt est exemplaire dans ce sens qu'il condamne une pratique déloyale qui a fait du tort à toute la profession de l'imprimerie depuis 10 ans, le fait que l'estocade ait été portée par une imprimerie conduit cependant à se poser la question sur le silence abyssal des organisations professionnelles du secteur, notamment Intergraph, sur le sujet. Ce combat n'aurait-il pas dû être porté par les représentants de la profession ?

Cet arrêt constitue ensuite un signal fort contre toutes les autres imprimeries en ligne, notamment en France, qui, plagiant Vistaprint, tiennent le même discours sur leurs sites internet. Elles savent désormais que tout concurrent pourra les faire condamner pour les mêmes motifs et réclamer de lourds dommages et intérêts.

vistaprint-illegale2_400Publicité sur Google.fr

Cet arrêt est enfin, une nouvelle confirmation de l'impasse stratégique dans laquelle se trouve VistaPrint. En juillet dernier, le titre de la société s'était effondré au Nasdaq suite à la présentation de son nouveau plan stratégique, plan qui avait laissé la communauté financière de marbre.

cours_action_vistaprintEvolution du cours de l'action Vistaprint

Un plan stratégique qui prévoit de changer le business model de Vistaprint, en réorientant la société vers la satisfaction de ses clients (!)... car malgré ses 800 millions de dollars de chiffre d'affaires, sa rentabilité et sa croissance de 20% par an (à faire rêver tout imprimeur), la société génèrerait beaucoup d'insatisfaction, insatisfaction qui se matérialiserait par un très faible taux de fidélité, moins d'un client sur deux réutilisant par exemple ses services au cours des 12 mois suivant sa commande.

Une situation curieuse pour une entreprise tournée vers le grand public via internet et qui est aujourd'hui confrontée à un écueil dangeureux vers lequel seule une fuite en avant éperdue l'a précipité.

Un écueil qu'à su éviter dès sa création un autre "pure player" de l'e-commerce, Amazon.com, qui a toujours su positionner le client au centre de ses préoccupations.

Amazon, le "nouveau" modèle de Vistaprint ?

 

En médallon, publicité Vistaprint.fr

Reportage : L'histoire VistaPrint

Commande en ligne : VistaPrint retoqué par l'Office Fédéral des Brevets allemands

Condamné par la justice, Vistaprint rachète le N°1 néerlandais du livre photo par internet

Vos réactions
0 commentaire
Ajouter un commentaire...


Photos
Voir les 361 photos
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire et ne ratez plus aucune info

 
Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email