Graphiline.com - Toute l'actualité de l’imprimerie, de l’emballage, de la création graphique SAXOPRINT
agfa
realisaprint
le magasin du print
komori

Adobe en panne de modèle, licencie 750 salariés

Le passage au cloud permettra t-il à la société américaine de renouveler un modèle économique en fin de vie, basé sur l'obsolescence programmée de ses solutions ?

Le  par 
Adobe en panne de modèle, licencie 750 salariés

Les mauvaises nouvelles s'enchaînent pour l'éditeur américain de logiciels Adobe.

Alors que la société vient de condamner à moyen terme sa technologie Flash au profit du HTML5, abandonnant dans les ténèbres les développeurs qui avaient opté pour le langage Flex, la société annonce avoir décidé de se séparer de 8% de ses effectifs, à savoir... 750 salariés, sans donner plus de détails...

Une restructuration massive qui concerne l'Amérique du Nord et l'Europe et qui semble démontrer que le ressort de la croissance d'Adobe s'est cassé.

Car l'éditeur des logiciels à succès Photoshop, Illustrator, inDesign, Lightroom... a su, au fil des ans, organiser sa croissance autour d'un concept bien établi, celui de l'obsolescence programmée.

Pour faire court, tout professionnel des industries graphiques et de l'imprimerie y a été confronté un jour, pestant sur cette politique peu avenante.

Le principe est simple : essayez donc d'ouvrir un fichier créé à partir de la version N d'un logiciel comme Photoshop, quand vous êtes équipé de la version N-1 du même logiciel.

Vous n'y parviendrez tout simplement pas ! A vous de payer pour l'upgrade, vendu pour une somme rondelette.

Un modèle particulièrement rentable en période de croissance, amenant à développer un "automatic business" enviable (du chiffre d'affaires dit récurrent) - il suffit de lancer chaque année des nouvelles fonctionnalités annoncées comme déterminantes... - mais qui rencontre la réprobation en période de crise économique, quand un sou est un sou !

Un modèle qui a de plus tout à perdre d'un passage en mode cloud...

Dans ce contexte, la société annonce vouloir se réorganiser autour de deux métiers, les contenus numériques (logiciels de création, de distribution et de monétisation) et le marketing en ligne (solutions de gestion, de mesure et d'optimisation du marketing web et de la publicité).

Une réorganisation qui devrait coûter 94 millions de dollars à la société. 

Ajouter un commentaire
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire et ne ratez plus aucune info

Konica Minolta CTP Cron KBA Heidelberg Goss SMS GRAPHIQUE Bookspirit Printflux Store 3 torraspapel malmenayde Jean Fort Glue jet Argos

Publicité

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email