Graphiline.com - Toute l'actualité de l’imprimerie, de l’emballage, de la création graphique SAXOPRINT
agfa
realisaprint
komori
Drupa 2016

Kodak sous le chapitre 11 de la loi sur les faillites pour mieux se réorganiser

Les filiales non américaines de Kodak non concernées par cette procédure.

Le  par 
Kodak sous le chapitre 11 de la loi sur les faillites pour mieux se réorganiser

Le groupe américain Kodak s'est placé ce matin sous le régime du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Cette décision, qui ne concerne que l'activité américaine de la société et donc pas ses différentes filiales qui poursuivent leurs activités "as usual", notamment en France, devrait permettre à l'entreprise de conduire sa réorganisation avec sérénité, à l'abri des demandes de ses créanciers.

Ce d'autant plus qu'à l'instar de ce que nous annoncions dès lundi, la société a obtenu une ligne financière de 950 millions de dollars de la part de Citigroup.

Cette décision du géant de l'image était attendue par les milieux financiers et devrait permettre à l'entreprise de céder, dans de bonnes conditions, près de 1 milliard de dollars, son portefeuille de brevets dans le domaine notamment des smartphones.

L'objectif de se processus est, pour Kodak, de ressortir plus agile et recentré sur ses métiers les plus rentables, comme l'ont fait il n'y a pas si longtemsp General Motors ou Chrysler.

Conseillée par la banque Lazard, FTI Consulting et Sullivan & Cromwell, la société planifie de revenir à une exploitation "normale" d'ici 2013.

Confrontée depuis 10 ans à une double révolution technologique et commerciale, en ayant muté de l'argentique au numérique puis du B to C au B to B, une révolution qui l'a contrainte depuis 2003 à se séparer de 47000 collaborateurs, à fermer 13 usines et 130 laboratoires, comme l'a indiqué Antonio Perez, président de Kodak dans son communiqué de presse (en médaillon).

Ajouter un commentaire
0 commentaire
Ajouter un commentaire...