Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/15298

Les directs de la Drupa - premières photos et interrogations sur les 6 prototypes de Benny Landa

Avec une interview de Benny Landa, sur le sofa rouge de la Drupa en fin de l'article...

Le par  

Elles sont l'une des attractions de cette Drupa 2012, elles font déjà couler beaucoup d'encre et suscitent autant l'admiration que le questionnement. Vous aurez deviné sans peine que j'aborde ici les 6 prototypes de presses numériques nanographiques présentés en avant-première mondiale à la Drupa par Benny Landa.

La gamme exposée à la Drupa est ainsi particulièrement complète, avec 3 presses feuille, les Landa S5 (B3), S7 (B2) et S10 (B1) et 3 rotatives, les Landa W5 (laize 560mm), W10 (laize 1020mm) et W50 (laize 560mm), toutes en 8 couleurs.

Le principe technologique est novateur pour partie : il consiste à déposer, par le biais de têtes jet d'encre, sur un blanchet, un film d'encre nanographique qui polymérise avant d'être transféré sur le papier.

landa_drupa_1_400

Les mauvaises langues diront que Benny Landa a réutilisé le principe Indigo - qu'il avait inventé - appliqué au jet d'encre, ce qui n'est pas faux en soi, avec une différence de taille, des encres nanographiques qui permettraient un rendu du point d'impression bien meilleur que l'offset ou le jet d'encre classique.

Autre avantage annoncé par son inventeur, la non dispersion de l'encre sur le papier et sa capacité à s'imprimer sur n'importe quel papier, l'impression consistant à tranférer un film d'encre de 500 microns, polymérisé.

landa_drupa_3_400

En bref, du jet d'encre sans la caractéristique liquide des encres utilisant ce procédé !

Outre cette nouveauté, les prototypes présentés par Benny Landa intègrent un écran de contrôle géant, type iPhone horizontal, de 2,50m de large sur 1m de haut, couvrant toute la façade des presses et présentant une ergonomie d'utilisation encore jamais vue sur une presse

landa_drupa_2_400

Pour ce qui est de la conduite du papier, Landa annonce une technologie maison pour les rotatives (le jet d'encre bobine ne pose pas de problème car le papier est de facto plaqué sur les cylindres par la tension de la bande) et un partenariat avec Komori pour les presses feuilles. La Landa S5 est ainsi basée sur une Komori L20, la S7 sur une LS 29 et la S10 sur une  GL40. 

Commercialiement enfin, Landa Corp demande aux imprimeurs intéressés de lui verser 10.000 euros d'avance pour faire partie des futurs happy fews qui pourront codévelopper la machine et recevoir les premières, les livraison étant annoncées dans 18 mois.

landa_drupa_4_400

Une fois présenté le concept, brillant il est vrai, force est de constater que les questions fusent.

  • les modèles présentés à la Drupa ne sont que des prototypes. Les résultats d'impression sont encore calamiteux, les presses feuilles ouvertes ne présentaient pas de têtes jet d'encre et le résultat de la rotative présenté lors du Benny Show était soigneusement masqué par un embobinage judicieux en fin d'impression...
 
landa_drupa_7_400
 
  • la technologie d'encre nanographique annoncée comme révolutionnaire l'est-elle vraiment ? Une société américaine développe déjà ce type de produit. Il faut également savoir que tout toner poudre réduit à état nanographique devient par nature... liquide !
  • Intégrer un blanchet dans la technologie jet d'encre ne revient-il pas à nier le principe même d'une impression sans contact ? 
  • la vitesse d'impression annoncée sur prospectus, 11000 feuilles/heure pour la S5 par exemple, ne vaut qu'en 4 couleurs. En 5 couleurs, elle chute de moitié, car pour atteindre la vitesse de 11000 feuilles/heure, la machine utilise ses 8 lignes de têtes d'impression (2 fois 4 couleurs).
  • l'avantage du blanchet n'est-il pas remplacé par un pré-traitement du papier aux seuls endroits qui seront imprimés, à l'instar des rotatives jet d'encre de HP ?
  • Quid de la durée de vie d'un écran tactile géant, dans un atelier de production, quand on sait que ce type d'écran vaut en 40.000 et 50.000 euros ?
 
landa_drupa_5_400
 
  • Landa annonce des partenariats avec les principaux constructeur offset : vendra t-il demain ses presses en direct comme il l'annonce ou se contentera t-il de commercialiser sa technologie en OEM ?
  • quelle est la pérénité du projet ? Tous les observateurs de la Drupa ont insisté sur un point : une telle débauche médiatique, autant de partenariats et un acompte de la part d'imprimeurs pilotes, serait finalement le meilleur moyen de réaliser... une levée de fonds.
  • la disponibilité sous 18 mois paraît fantasque. Les différents constructeurs offset interrogés tablent plutôt sur une disponibilité et une fiabilité lors de la prochaine Drupa...
Beaucoup de questions donc autour de ces prototypes, mais une chose est indéniable : Benny Landa n'a pas perdu la main depuis 1995 pour faire parler de lui, même si son Benny Show 2012 paraissait bien démodé et hors de propos par les temps qui courrent...
 
 
 
 
 
landa_drupa_8_400
 
 
 
 
Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire
et ne ratez plus aucune info

Réagir à cet article

Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Contenu *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *
Album photos

Vie des entreprisesDossier de 8878 articles

A lire aussi sur Graphiline.com

Publicité