Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/15436

La lente agonie de France Soir touche à sa fin

Le propriétaire du titre, le franco-russe Alexander Pugachev a annoncé une prochaine mise en redressement judicaire du titre, en vue de sa cession ou de sa liquidation.

Le  par  
La lente agonie de France Soir touche à sa fin

Six mois tout juste après l'arrêt de son édition papier au profit d'une édition purement web, France Soir semble plus que jamais atteindre la fin de sa lente et inéxorable agonie.

Son proprétaire, Aleksander Pugachev, a en effet annoncé aux salariés du titre, le 4 juin dernier, son prochain placement en redressement judiciaire.

Racheté il y a 3 ans, France Soir se sera révélé être une danseuse hors de prix : près de 80 millions d'euros investis en pure perte.

Pour les journalistes de France Soir, cette décision serait d'autant plus injuste que la nouvelle stratégie online commencerait à porter ses fruits. Le mois dernier, le site de France Soir aurait en effet généré près de 4 millions de pages vues.

Un chiffre certes important mais qui ne débouche au mieux que sur un million d'euros de recettes publicitaires annuelles, soit un chiffre largement insuffisant pour couvrir les charges dont les salaires des 50 employés de la société !

Ayant totalement manqué le virage des quotidiens gratuits qui aurait sans doute été le seul à même de fonctionner pour France Soir, le titre s'achemine donc vers une mort certaine.

En attendant, les contribuables auront largement subventionné un titre diffusé à moins de 70.000 exemplaires. En 2010, France Soir aurait ainsi obtenu, selon le site OWNI, la plus grosse subvention versée par l'Etat à un média, soit 2,8 millions d'euros, pour la conception de sa nouvelle maquette...

Alors que le titre de Pierre Lazareff est sur le point de disparaître de notre quotidien, nul doute qu'il rejoindra rapidement l'inconscient collectif des Français, aux côtés de Concorde et du France.

Des concepts qui auront brillé pendant les 30 Glorieuses pour ensuite s'éteindre définitivement, faute d'avoir su s'adapter aux évolutions de la société.

Réagir à cet article
Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Votre commentaire *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *
Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire et ne ratez plus aucune info

Vie des entreprises
(Dossier de 8993 articles)

A lire aussi sur Graphiline.com

Publicité
Suivre l'actualité
des Arts Graphiques