Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/8982

Conférence de presse économique de la FICG : le discours du président Jacques Chirat

GraphiLine rediffuse in extenso le texte de l'allocution prononcée le 29 Novembre dernier par Jacques Chirat, président de la FICG et de l'imprimerie éponyme.

Le par  
 
Conférence de presse économique du 29 novembre 2006

Intervention de Jacques CHIRAT, président de la FICG



Mesdames, Messieurs,

J’ai le plaisir d’ouvrir cette nouvelle édition de la conférence de presse économique de la Fédération que nous avons voulu cette année, plus que les autres années encore, ouvrir à des acteurs majeurs du monde de la presse et de l’édition.

D’une manière générale, cet événement est un temps fort de notre activité économique annuelle, car elle permet de livrer quelques repères constants dans un monde protéiforme en manque de références.

Je salue également la présence des représentants des partenaires sociaux de la branche, présence qui témoigne de la volonté de tous de replacer l’entreprise graphique au cœur de la chaîne de valeur de l’information.

Le titre que nous avons retenu cette année pour notre conférence de presse illustre les atouts essentiels dont dispose la filière graphique dont le paysage est modifié tant par la recherche constante d’innovation que par la diversité des positionnements et des performances des entreprises dans un contexte de compétition âpre.

A l’issue de cette présentation qui remettra en perspective la force du média imprimé, sa spécificité, sa diversité et la liberté de choix qui y est associée, je demeure persuadé que l’ensemble des acteurs de la filière que vous êtes aura progressé dans la connaissance de notre panorama économique et industriel et dans l’atout filière qui peut seul nous permettre de combler le gouffre qui existe entre les grandes problématiques économiques et le vécu quotidien des entreprises du secteur.

Cette conférence de presse sera également l’occasion, après avoir dressé un état des lieux partagé, de vous présenter les réponses collectives que nous avons initiées et qui témoignent de la capacité d’initiative qu’ont su mobiliser les entrepreneurs du secteur et leurs salariés, pour peu que l’on dépasse les individualismes qui constituent autant de résistances au changement et menacent le secteur.

Le soutien apporté par les pouvoirs publics centraux et régionaux à nos initiatives de consolidation en région, est pour nous un signe d’espoir permettant à terme de prioriser la logique de partage au détriment de la logique d’éclatement ; de construire une politique de réactivité plutôt qu’une logique de dilution de valeur ; de marier compétitivité et solidarité dans un mouvement dynamique au profit de l’ensemble d’un secteur qui se place comme un accélérateur d’échange et se situe au croisement de l’art, de l’information et de l’industrie.

 

ficgjchirat


Si un nouveau modèle économique pour notre secteur est possible, il ne pourra se faire sans qu’une véritable intelligence économique soit mise en œuvre au profit de la branche et sans que les entraves fiscales à la compétitivité soient levées, qu’elles grèvent l’outil de production ou le travail.

En effet, si replacer l’entreprise au cœur d’une nouvelle chaîne de valeur est le rôle essentiel d’une organisation professionnelle comme la nôtre, encore faut-il que le législateur européen comprenne l’urgence qu’il y a de créer les conditions économiques et fiscales harmonisées, seules aptes à solidifier la pérennité des intérêts collectifs dont nous sommes porteurs.
 
Si le concept de filière est une des réponses aux enjeux qui concernent nos entreprises, cet atout se doit de trouver sa traduction dans la politique de redressement d’image que nous devons mettre en œuvre pour rendre visible et lisible un secteur qui s’étend désormais de la conception du message jusqu’à sa restitution, quel qu’en soit le support.

C’est à l’entier de ce questionnement que nous tenterons d’apporter des réponses constructives, tant par notre Plan d’action Image que par l’Observatoire des Marchés qui est au cœur de nos problématiques. Nous sommes toutefois conscients de la difficulté de l’exercice dans un contexte industriel où la redistribution des cartes exige plus que jamais de construire le socle d’une nouvelle politique industrielle afin d’éviter que nos mutations soient source de recompositions brutales.

 

Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire
et ne ratez plus aucune info

Vos réactions

NUIT DES CHEFS DE FAB

Par Serge Morell le 21-03-2009
Jacques Chirat sera un très bon président de part
son expérience à surmonter les difficultés dont
il à fait preuve pour lui même dans notre profession.
Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Contenu *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *
Album photos

Vie des entreprisesDossier de 8881 articles

A lire aussi sur Graphiline

Publicité