Consulter l'article sur : http://www.graphiline.com/article/9410

Environnement : l'américain Apple une nouvelle fois épinglé par Greenpeace

L'association écologiste vient de publier la troisième édition de son guide "Pour une high tech responsable" dans lequel il classe les constructeurs de produits "bruns" en fonction de leurs actions en matière de protection de l'environnement. La société de Steve Jobs, qui pulvérise les profits, n'en sort pas grandie, ce qui ne sera sans doute pas du goûts de ses clients très longtemps. De là à parler de pomme empoisonnée...

Le  par  
Environnement : l'américain Apple une nouvelle fois épinglé par GreenpeaceLes fabricants de produits électroniques se disputent maintenant la première place du guide « Pour une high-tech responsable », dont Greenpeace publie aujourd’hui la troisième édition.

Dans cette compétition pour une électronique plus verte lancée en août dernier, les quatorze principales entreprises du secteur sont classées en fonction de leur politiques et de leurs pratiques en matière d’utilisation de substances chimiques et de gestion des déchets.

Globalement, les entreprises font des efforts

Pression de la compétition, dialogue engagé avec Greenpeace, demande des consommateurs… autant d’éléments qui ont permis une amélioration sensible du score des quatorze entreprises, dont neuf dépassent maintenant la moyenne de 5/10 (contre cinq lors de la première édition du guide en août 2006).

Le palmarès

Nokia, premier de ce classement depuis août 2006), se fait détrôner par Lenovo. Ce fabricant chinois de PC, qui a acheté la division « Electroniques de grande consommation » d’IBM en 2005, est la première entreprise à mettre en place des services de reprise et de recyclage dans tous les pays où sont commercialisés ses produits. « C’est en Chine qu’échoue une grande partie des déchets électroniques mondiaux. Voir une entreprise chinoise assumer ses responsabilités, au moins en matière de gestion des déchets issus de sa propre marque, constitue un signe très encourageant, commente Yannick Vicaire, responsable de la campagne Toxiques de Greenpeace France. Le prochain défi pour Lenovo consiste à commercialiser une gamme de produits plus respectueuse de la santé et de l’environnement. »

Sony et LG Electronics quittent le top 5, pénalisés par leur discours sur la gestion des déchets : officiellement, ces entreprises affirment que le producteur doit en être le seul responsable, tout en militant aux Etats-Unis pour l’option contraire : la faire supporter aux consommateurs(1).

Quant à Apple, l’entreprise n’a pas bougé d’un iota depuis sa chute en dernière position, lors du dernier guide (décembre 2006). La marque à la pomme stagne là encore en queue du classement. « Quel paradoxe de voir une entreprise chinoise récente comme Lenovo prendre la tête de ce classement, tout en bas duquel stagne la marque américaine mythique Apple synonyme de modernité, reprend Yannick Vicaire. Voilà qui montre que les actes valent mieux que les beaux discours. »

Mention spéciale pour Sony Ericsson

Derrière Lenovo, arrivent dans l’ordre Nokia, Sony Ericsson, Dell et Samsung. Sony Ericsson, qui s’est hissée dans le trio de tête, est la première entreprise à s’engager sur une échéance au 1er janvier 2008 pour éliminer des substances toxiques telles que les phtalates, le berylllium et certains usages de composés d’antimoine(2). « Ce fabricant va donc au-delà de ce que demande la directive RoHS (Restriction des substances dangereuses dans les produits électroniques), conclut Yannick Vicaire. Si Sony Ericsson en est capable, qu’attendent les autres entreprises pour lui emboîter le pas ? »

greenpeace_400
Le "petit compteur geiger" de Greenpeace, classant les différents constructeurs de matériels électroniques en fonction de leur démarche environnementale


Notes :

1. Cf. la déclaration commune des fabricants d’électronique en faveur de la responsabilité individuel du producteur sur www.productstewardship.net/PDFs/libraryElectronicsARFCoalitionWhitePaper03-2005.pdf
2. Le béryllium est utilisé dans les contacts électriques. Leur recyclage produit des poussières de béryllium qui peuvent provoquer une maladie invalidante des poumons (appelée « CBD »), même si l’exposition est de courte durée ou à faible dose. Les phtalates sont utilisés comme plastifiants de certains plastiques, en particulier du PVC. Certains phtalates sont des toxiques reconnus du développement ou de l’appareil de reproduction.
Réagir à cet article
Pseudo *
e-Mail *
Titre *
Votre commentaire *
Veuillez saisir les lettres visibles dans l'image : *
Recevoir toute l'actualité avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire et ne ratez plus aucune info

Album photos
(Voir les 7 photos)
Logiciels Graphiques
(Dossier de 1924 articles)
Impression Numérique
(Dossier de 3175 articles)
Vie des entreprises
(Dossier de 8965 articles)
Ecologie & Recyclage
(Dossier de 709 articles)

A lire aussi sur Graphiline.com

Publicité
Suivre l'actualité
des Arts Graphiques