Presse : grand chambardement dans la presse économique française

Le 24 Décembre dernier sonne comme une date qui restera gravée dans le marbre.

Car il est en effet peu banal que le même jour, les deux quotidiens phares de l'économie d'un même pays changent de main de façon simultanée.

Après des mois de négociation, de fausses ruptures, de mouvements de colère et d'inquiétude des rédactions, le groupe de luxe LVMH a pris le contrôle des Echos pour 240 millions d'euros, cédant dans le même temps la Tribune à Alain Weill, patron de  BFM NextRadioTV.

Ce dernier, qui s'est engagé à ne conduire aucun plan de restructuration de la rédaction mais qui compte jouer sur les synergies avec son groupe pour réaliser d'importantes économies de fonctionnement, reçoit en outre un cadeau de près de 42 millions d'euros de la part de LVMH, à savoir le montant de la recapitalisation de la Tribune.

Cette condition, qui semblait imposée par le ministère de l'économie aux fins d'assurer la pérennité du titre, donne une grosse bouffée d'oxygène à un quotidien certes prestigieux mais chroniquement déficitaire.

Un quotidien qui devrait être relancé d'ici quelques mois, le temps pour la nouvelle direction de prendre ses marques et de convaincre la rédaction du bien fondé de sa stratégie.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...