Négociations financières à hauts risques pour Quebecor World

Leur succès d'ici quelques semaines éviterait un placement de la société sous la protection de ses créanciers.

Traversant une grave crise de liquidités depuis des mois, le groupe d'imprimerie canadien Quebecor World négocie âprement avec ses créanciers.

Suite à l'échec de la vente de sa branche européenne à l'imprimeur néerlandais Roto Smeets et à l'échec de l'obtention d'une ligne de crédit il y a quelques mois, le groupe se retrouve en effet dans une situation particulièrement délicate.
 

quebecorphotosige_02
Siège du groupe Quebecor, à Montréal

Ce d'autant plus que l'entreprise a obtenu de son pool bancaire le renoncement au respect de certains critères financiers au 31 Décembre dernier - notamment le ratio dette sur bénéfice avant intérêts - à la condition expresse que l'entreprise obtienne d'ici le 15 Janvier un nouveau financement de près de 125 millions de dollars ainsi qu'un plan de refinancement au 31 Janvier.

Ce plan de refinancement aurait pour objectif de permettre au groupe d'imprimerie de rembourser intégralement la facilité de crédit dont elle bénéficie actuellement.

En cas d'échec, il semble inéluctable que l'entreprise devrait se placer sous la protection de la loi sur les faillites afin de geler ses créances, dans l'attente d'un plan de refinancement, voire d'une reprise, un scénario qui ne semble plus désormais impossible.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Seine-et-Marne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise