Elections municipales : l'imprimerie fera t-elle les frais du déficit budgétaire ?

Les tarifs de remboursement des frais d'impression seraient à la baisse et les délais de paiement de l'Etat... en forte hausse.

Depuis quelques jours, notre rédaction reçoit de nombreux "coups de griffes" de professionnels de l'imprimerie, concernant les tarifs de remboursement par l'Etat des bulletins de vote et des affiches relatifs aux prochaines élections municipales pour les candidats des communes de plus de 3500 habitants ayant eu au moins 5% des suffrages exprimés.

Dans ces dernières en effet, ces dépenses sont prises en charge par l'Etat (papier, impression des bulletins de vote, affiches et autres circulaires et frais d’affichage), les préfets fixant les tarifs par arrêté.

Et c'est bien là que la bât blesse car dans certains départements, lesdits arrêtés correspondraient aux tarifs pratiqués... au début de la décennie !

Cette situation pourrait conduire les imprimeurs à vendre à perte, du fait de la hausse des coûts des matières premières et de la hausse des salaires, proche de 14% sur la même période...

Ce d'autant plus que pour corser le tout, l'Etat ne pourrait pas garantir le paiement de ces factures... avant un an.

La conséquence de cette situation, qui pourrait être pittoresque si elle ne reflétait la décadence d'une technostructure à l'agonie, impactera directement les candidats aux élections, et notamment les moins fortunés.

Les professionnels de l'imprimerie, ne souhaitant plus jouer le rôle de banquier de l'Etat et très inquiets de l'élargissement de l'éco-taxe aux imprimés adressés imposé par les sénateurs, décideraient en grand nombre d'adresser leurs factures directement aux candidats pour un paiement cash.

Une situation inquiétante pour la démocratie, mais salutaire pour la trésorerie des PME-PMI de l'imprimerie. 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...