Interview : Fred Rosenzweig, président d'EFI

C'est à l'occasion d'un bref passage à Paris que Fred Rosenzweig, président de la société EFI (Electronic for Imaging) nous a reçu à la Maison du Danemark, pour une interview exclusive.

Antoine Gaillard : Fred Rosenzweig, vous avez intégré EFI en 1993 et en êtes devenu le président en 2000, après y avoir occupé différentes missions, notamment le poste de VP manufacturing puis celui de directeur général. Durant toutes ces années, j'imagine qu'EFI a considérablement changé.

Fred Rosenzweig : C'est peu de le dire ! En 15 ans, EFI s'est métamorphosée, d'une entreprise positionnée sur un seul métier, les  pilotes pour copieurs bien connus sous la marque FIERY à une entreprise leader sur le marché de l'impression numérique jet d'encre et les solutions Web 2 Print, notamment DSF.

 

img_9118_400
 

 

AG : En chiffres, la progression est impressionnante...

FR : Effectivement, en 1993, EFI, qui venait de rentrer en bourse, réalisait un chiffre d'affaires de 89.5 millions de dollars et employait 173 personnes. L'an dernier, EFI en employait près de 2000, dans le monde entier, pour un chiffre d'affaires de 620 millions !

AG : Quel a été le moteur de cette formidable réussite ?

FR : Tout d'abord, l'avancée technologique de nos solutions qui apportaient un véritable plus sur le marché. Ensuite, une compréhension immédiate avec les différents constructeurs de machines avec lesquels nous avons développé une stratégie de commercialisation en OEM, au tout début avec Kodak puis Xerox. Cette stratégie s'est révélée être très efficace.

 

Fred Rosenzweig
 

 

AG : Quelles sont les activités d'EFI aujourd'hui ?

FR : EFI est positionné sur trois grands secteurs d'activité : les RIP FIERY et leurs dérivés, les logiciels dédiés au monde de l'imprimerie (GPAO - W2P...) et les presses d'imprimerie jet d'encre.

Si la première activité représente encore près de la moitié de notre chiffre d'affaires, les deux secondes affichent de fortes croissances et pèsent respectivement 10 et 40% de nos revenus.

 

 

Fred Rosenzweig
 

 

 

AG : EFI a réussi à conduire de front, une stratégie de croissance interne mais aussi externe. L'acquisition de PrintCafe en 2003 vous a notamment ouvert le marche amérivcain de la GPAO, un nouveau secteur pour vous.

FR : Notre stratégie est finalement très simple : aider nos clients à améliorer leur rentabilité par des solutions à forte valeur ajoutée.

Cela nous incite donc a investir massivement en R&D sachant que nous restons en permanence prêts à saisir des opportunités qui nous permettraient de renforcer notre position, ce qui a été le cas pour PrintCafe.

D'un point de vue financier, cette stratégie se décline par une volonté de compléter notre démarche de vente en OEM par la commercialisation directe de produits complémentaires - notamment des presses numériques jet d'encre - produits par lesquesl nous cherchons à augmenter la récurrence de notre activité.

Si en 1993, notre chiffre d'affaires récurrent était ainsi quasiment nul, il s'élève aujourd'hui à près de 14% de notre activité.

 

 

Fred Rosenzweig

 

 

AG : Concernant PrintCafe, cette acuisition a fait de vous le leader nord-américain des logiciels MIS (GPAO), avec notamment des marques fameuses comme PrintSmith, Hagen, PSI ou Logic. Depuis lors, êtes vous parvenus à fusionner ces différents outils en un seul, répondant aux besoins des différentes typologies d'imprimeurs ?

Regrouper ce type d'applications en une seule est quasiment chose impossible. Notre démarche a plutôt consisté à faire en sorte que l'ensemble de ces solutions puissent "discuter" ensemble, par le biais d'interfaçages informatiques. Ce qui est aujourd'hui le cas.

AG : Il apparaît que les logiciels de GPAO répondent à des besoins locaux : il semble ainsi peu probble d'un logiciel allemand puisse répondre aux besoins d'un imprimeur français et vice versa. Comptez vous réaliser des opérations de croissance externe dans le domaine de la GPAO en Europe afin de vous renforcer sur le vieux continent ?

Là n'est pas notre stratégie ! Elle impliquerait des acquisitions dans chaque pays ce qui n'est pas à l'ordre du jour. Non, notre volonté est aujourd'hui de disposer d'applications ouvertes et connectables à des outils locaux, notamment par le biais de languages comme le JDF.

 

Fred Rosenzweig
 

 

AG : Les constructeurs de machines développent des logiciels et des pilotes d'impression. Leur stratégie représente t-elle un risque pour EFI qui a basé une grande partie de son développement en leur confiant la commercialisation de certaines de ses solutions, comme les RIP Fiery ?

FR : Cette situation a toujours existé et n'a jamais nui à notre croissance. Notre position actuelle sur le marché vient avant tout de la qualité de nos solutions et de la valeur ajoutée qu'elles apportent à nos clients. Egalement de la qualité de nos équipes de support et à ce titre, je tiens pour la France à souligner l'excellence du travail des équipes de Didier Paul.

La concurrence est quelquechose de sain, qui nous conduit à nous surpasser en permanence et à garder à l'esprit que c'est le client qui au final, choisit ou non notre produit.

A nous d'être les meilleurs, d'innover et de faire en sorte que le client en ait pour son argent !

AG : D'un point de vue plus général, comment voyez vous l'imprimeur de demain ?

FR : l'imprimerie de demain proposera un service global à ses clients. Un service qui ira de la prise de commande par internet à l'externalisation de certaines opérations. En bref, ce sera une société de service dotée d'un positionnement de marché et d'une stratégie marketing. 

 

 

Fred Rosenzweig
 

 

AG : EFI dans 5 ans ?

FR : EFI aura continué de se développer sur ses différents métiers et proposera des solutions globales encore plus performantes. Nous aurons d'ici là renforcé nos positions et notre leadership...

AG : et procédé à de nouvelles acquisitions ?

FR : C'est bien possible, seul l'avenir le dira ! 

AG : Dernière question enfin, quelques petites informations en avant première pour la prochaine Drupa ?

FR : Je souhaiterais vraiment annoncer en exclusivité certains scoops pour les lecteurs de GraphiLine  mais notre stratégie nous conduit à différer nos annonces juste avant l'ouverture du salon ! Salon sur lequel nous serons très heureux, notamment l'équipe de Didier Paul, d'accueillir nos clients français !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...