Billet d'humeur : mille feuilles... de Noël

Le papier est partout.

Si un certain Cai Lun ne l'avait découvert en Chine en l'an 105, nous ne pourrions aujourd'hui emballer nos cadeaux, nous lancer des confettis et faire sonner nos langues de belle-mère. Pas non plus d'affiches, ni de journaux et, on peut même se demander si la pub existerait... Qu'il soit chiffon, vergé, couché ou recyclable, chacun d'entre nous est sensible à ce qu'il touche avec ses mains, et l'envie de feuilleter ou de lire un document est largement liée à cette matière extraordinaire. Mais, le papier pèse lourd dans le coût de fabrication d'un document et il convient de le choisir avec soin car il a également des répercutions techniques en amont de l'impression. Encore une étape dans la réalisation d'un document où l'agence de publicité a son mot à dire ! A l'heure où de nouveaux médias font l'impasse sur le papier et où l'on met au point des journaux ré - imprimables sur des feuilles plastiques, on peut s'émerveiller que le papier exerce toujours une vraie fascination.

Le pouvoir en "ique"!

Quiconque a travaillé dans une agence de pub a entendu un jour de la part d'un de ses clients une variation sur le thème : "Je veux du beau papier qui positionne l'entreprise en haut de gamme". Cette phrase, qui semble peut-être un peu simple, ne l'est, en fait, pas du tout. Observez - vous lorsque l'on vous tend un document ! Vous le prenez : il est doux ou rêche, rigide ou mou bref, il est le premier élément de jugement sur le document. C'est votre sensibilité aux stimulis kinesthésiques qui parle. Ensuite, c'est votre sensibilité aux stimulis esthétiques qui prend le relais : vous trouvez le papier chic ou "cheap", éclatant ou jaunâtre.

Une offre pléthorique

Personne ne peut prétendre connaître toutes les gammes de papier, à moins qu'il ne soit menteur, vantard ou... vendeur de papier. En fait, une trentaine de papiers font l'essentiel du marché. Pour être très schématique, il existe 3 grandes familles de papier : les couchés, les offset et les papiers de création. En ce qui concerne les couchés, on distingue trois catégories : le couché mat, le 1/2 mat et le brillant. Les offset sont à peu près tous les mêmes mais la gamme des couleurs varie énormément d'un fabricant à l'autre. Pour les papiers de création, il n'y a aucun repère car c'est le processus de fabrication de la pâte qui change. On y trouve donc de tout... et à tous les prix !

Des conséquences magiques

Pour clore ce sujet, qui est si vaste que l'on pourrait en remplir des caisses (de papier !), le choix du papier a une incidence sur le rendu de l'impression. A titre d'exemple, certains papiers absorbent l'encre plus que d'autres. En conséquence, il est nécessaire de le prévoir lors du flashage afin que le nombre de points au cm2 soit adapté au support. Par ailleurs, certaines couleurs ressortent davantage selon le papier. Par conséquent, il est indispensable de le prévoir lors de la numérisation des images pour compenser cet effet et obtenir une qualité équivalente aux photos d'origine. En termes de coût, il peut également s'avérer utile de prendre quelques conseils quand on sait que le prix du papier au mille feuilles varie de 1 à 10 entre de l'offset et un papier de création.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...