L'impression sur support textile : mode d'emploi

Par le biais de T-shirt, maillots, calicots ou autres drapeaux, la diffusion du message prend une dimension évènementielle et qualitative sans précédent. Souples, rapides de mise en oeuvre, et proposant des niveaux de prix adaptés à tous les budgets, les techniques sont extrêmement variées.

Explications et conseils de M. Lonjon, responsable de Flocage du Centre, pour réussir sa démarche de communication sur un support textile. M. Lonjon, votre entreprise est spécialisée dans l'impression textile. A quel besoin cette technique répond elle ? L'impression textile a principalement un objectif publicitaire. Elle permet de transmettre le message ou de véhiculer l'image de marque d'une entreprise, d'une collectivité ou d'une association. Pour un annonceur, c'est un moyen trés performant d'accroître sa notoriété. Quels sont les différents procédés utilisés pour imprimer des matières textiles ? Il existe trois grandes techniques différentes. Dans une certaine logique, elles sont complémentaires et répondent à des besoins spécifiques. Le flockage est la technique la plus ancienne. Destinée particulièrement aux supports lourds ; maillots de sport, survêtements,..., c'est une impression en relief d'un motif en velours. Deuxième procédé, la sérigraphie, notamment utilisée pour l'impression sur T - Shirt. C'est une impression encre séchant à l'aide d'une source de chaleur, ce procédé est comparable à la technique du plastiphole où l'on utilise des encres U. V. . Enfin, le transfert numérique permet de répondre à ce qui est infaisable avec les autres méthodes ! Il est surtout utilisé pour des quantités limitées et des motifs en quadrichromie très détaillés. Son principe consiste à imprimer un support spécifique autocollant à l'aide d'un traceur numérique et à le transférer à chaud sur le textile. Quelles sont les principales limites de ces techniques ? Tout d'abord, il importe de préciser que le choix d'une technique dépend avant tout de la demande du client. Ses contraintes budgétaires et la nature du produit final souhaité déterminent la technologie à utiliser. L'aspect d'un maillot de sport réalisé selon le procédé du flockage présentera un rendu velours que la sérigraphie ne pourra jamais proposer. De la même manière, il ne pourra être utilisé pour imprimer des supports en quadrichromie. Enfin, si l'impression numérique propose des rendus colorés très qualitatifs, son coût de mise en oeuvre représente malgré tout un investissement supérieur aux autres techniques. Avez-vous des exemples de délais de fabrication ? Tout dépend du parc machines dont dispose le prestataire. Les presses manuelles ou automatiques en une ou plusieurs couleurs ont des capacités de production trés variées, et par conséquent des délais plus ou moins longs. En ce qui nous concerne, nous possédons un carrousel automatique 6 couleurs qui permet de produire 1000 T-Shirt à l'heure. Exemple concret, à partir du B. A. T, le temps nécessaire est de trois jours pour 100 unités et d'une semaine pour 1000. Quels sont les éléments auxquels il faut tenir compte pour sélectionner un bon textile ? Comme pour toute technique d'impression, la qualité du produit dépend essentiellement de la qualité du support. Ainsi, de la même manière qu'il existe différents grammages pour le papier, les qualités de coton sont toutes aussi diverses. C'est pourquoi, il est préférable de connaître le type d'utilisation qui sera faite du produit, et précisement sa durée de vie escomptée, avant de faire réaliser l'impression. Notamment, on préconisera plutôt un support bas de gamme (ex. : 140 gr.) pour une campagne d'une seule journée ; un tissu 160 gr. pour un textile destiné à la vente (pour une association,...) et pour la vente dans les magasins, un T-Shirt 190 gr. . En fin de compte, pour le conserver, il faut d'abord veiller à appliquer les consignes de lavage du vêtement et de prendre en considération les caractéristiques intrinsèques du produit. Quels conseils donneriez-vous à un client pour l'achat de tels produits ? Il importe également de définir un projet précis (quantité, couleurs, taille,...) et de penser en terme d'objectifs ; déterminer si l'on veut donner le produit, le vendre ou le porter. Car une fois les objectifs énoncés, on choisira la qualité du support et la technologie la plus adaptée pour l'exécution du dossier. Pour les prochaines années, comment voyez-vous le devenir de ce marché ? Le secteur de l'impression textile est particulièrement dynamique : pour preuve, son adaptation aux dernières technologies numériques. Par ailleurs, la France se trouve en position plutôt favorable sur le marché de la sérigraphie et du flockage. En effet dans le secteur de la Mode aux États - Unis comme en France, le textile en tant que support publicitaire fait un boom considérable. Au même titre que les autres produits dérivés (stylos, sous - main, autocollants,..), le textile est devenu un vecteur de publicité peu coûteux, permettant de gagner rapidement en notoriété.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...