Les imprimeurs sauront-ils tirer partie de la croissance du commerce électronique ?

Le commerce en ligne en croissance de 27% selon la toute dernière étude de la Fevad (fédération de l'e-commerce et de la vente à distance).

Le commerce électronique affiche une santé éclatante avec une croissance des achats en ligne de près de 27% au troisième trimestre !

Faisant désormais pleinement partie des habitudes de consommation, l'achat en ligne du grand public ou B to C (business to consumer) s'applique à des secteurs aussi divers que les le livre, la photo, les voyages ou l'électroménager, etc.

Cette croissance, qui se réalise pour partie au détriment de la distribution traditionnelle et pour partie du fait du développement de nouveaux marchés, pourrait constituer, pour le secteur de l'imprimerie un formidable relais de croissance, en permettant aux imprimeurs de commercialiser leurs productions directement auprès du grand public.

Des exemples ne manquent pas dans le domaine des imprimés traditionnels comme la papeterie (voir les liens ci-dessous) ou les livres photo mais des potentialités encore inexploitées résident dans des marchés comme ceux de la décoration d'intérieur (stickers muraux, de sol, impression de rideaux personnalisés, vente de reproduction de tableaux imprimés sur toile montée...), l'édition (livres personnalisés) ou les imprimés publicitaires (magnets personnalisées, affiches, kakemonos (voir les liens ci-dessous).

naissance_400
Page d'accueil d'un site de vente d'imprimés grand public.

Si longtemps la mise en place de telles démarches s'est heurtée à l'absence de technlogies d'e-commerce dédiées aux contraintes spécifiques de l'imprimerie (gestion du BàT en ligne et mise à disposition d'un flux de production capable de traiter automatiquement de grosses volumétries de commandes à savoir plus de 100 commandes jour), cet obstacle est désormais résolu par le biais de solution telles PrintFlux Store.

Aujourd'hui, le principal frein au développement de ce marché semble plutôt résider dans la capacité des imprimeurs à appréhender de tels marchés, à concevoir des offres produits et à les vendre en ligne. En bref, à devenir éditeurs de contenu et vépécistes internet, considérant les imprimés comme de véritables produits de grande consommation (PGC).

Un constat qui amène à se poser une question toute simple : les imprimeurs sauront-ils profiter de ce marché qui s'offre à eux et qui recèle de formidables opportunités financières ou se verront-ils souffler la politesse par de nouveaux entrants qui sauront eux, créer des besoins pour mieux les satisfaire.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...