Haut débit - le fossé se comble entre les pays d'Europe les plus performants et les moins performants

D’après un rapport publié par la Commission européenne, la pénétration du haut débit en Europe continue à se renforcer, passant de 18,2 % en juillet 2007 à un taux atteignant 21,7 % en juillet 2008.

Par ailleurs, l’écart entre les pays de l’UE se resserre: il est passé de 28,4 points de pourcentage en juillet 2007 à 27,7 points en juillet 2008. Avec 17 millions de lignes fixes à haut débit ouvertes en un an, les chiffres publiés aujourd’hui montrent que l’internet à grande vitesse se répand dans l’UE et gagne en rapidité, tandis que le haut débit mobile commence à décoller, avec un taux de pénétration de 6,9 %. Trois quarts des lignes à haut débit dans l’UE ont des débits descendants de 2 millions de bits par seconde (Mbps) ou plus, une vitesse qui permet par exemple de regarder la télévision par internet.

«La croissance du haut débit reste forte, et certains pays de l’UE restent nettement aux premières places mondiales en ce qui concerne le taux de pénétration du haut débit», a déclaré Mme Viviane Reding, membre de la Commission chargée des télécommunications. «Je me réjouis aussi de ce que d’autres pays d’Europe comblent leur retard. Dans le cadre du plan de relance économique européen présenté par la Commission cette semaine, nous prévoyons un financement européen d'un milliard d'euros supplémentaire pour les infrastructures internet à grande vitesse. Je pense que cette nouvelle mesure, associée à la volonté politique de privilégier l'efficacité de la concurrence et la poursuite de l'ouverture des marchés, rendra possible l’accès au haut débit pour tous les Européens d'ici à 2010 et l'accès à l'internet à grande vitesse pour tous les Européens d'ici à 2015.»

D’après les nouveaux chiffres publiés aujourd’hui par la Commission européenne, et malgré des prévisions de croissance en baisse pour l'économie dans son ensemble, la croissance du haut débit s’est poursuivie l’an dernier dans toute l’Union européenne, avec une augmentation de 19,23 % entre juillet 2007 et juillet 2008. Le 1er juillet 2008, l’Union européenne comptait plus de 107 millions de lignes fixes à haut débit, soit 17 millions de plus qu’en juillet 2007. Les taux de croissance les plus élevés ont été enregistrés à Malte (+ 6,7 lignes pour 100 habitants), en Allemagne (+ 5,1 lignes pour 100 habitants) et à Chypre (+ 4,9 lignes pour 100 habitants), tandis que la Finlande (+ 1,9 ligne pour 100 habitants) et le Portugal (+ 1,0 ligne pour 100 habitants) connaissaient la croissance la plus faible.

Globalement, le Danemark et les Pays-Bas conservent leurs premières places au niveau mondial pour le haut débit, avec un taux de pénétration supérieur à 35 %. Neuf pays de l’UE (Danemark, Pays-Bas, Suède, Finlande, Royaume-Uni, Luxembourg, Belgique, France et Allemagne) dépassent les États-Unis, où le taux de pénétration atteint 25 % d’après les de l'OCDE.

L’écart entre le pays le plus performant (le Danemark, avec un taux de pénétration de 37,2 %) et le moins performant (la Bulgarie, avec 9,5 %) reste considérable, mais il se réduit pour la première fois (en juillet 2007, le taux de pénétration était de 34,1 % au Danemark et de 5,7 % en Bulgarie). Cet écart s’explique principalement par le manque de concurrence et des faiblesses de la réglementation. Par exemple, alors que les parts de marché des opérateurs historiques de réseau fixe à haut débit commencent à se stabiliser autour de 45 %, elles ont augmenté dans certains pays (Autriche, Bulgarie, France, Irlande, Lituanie, Roumanie et Espagne) depuis juillet 2007. Ces obstacles au développement du haut débit doivent encore être éliminés par la réforme de la réglementation de l’UE en matière de télécommunications, actuellement débattue par le Parlement européen et le Conseil de ministres.

La Commission a aussi publié les premiers chiffres relatifs à la vitesse offerte par les réseaux fixes à haut débit, qui constitue un indicateur important dans une société de la connaissance. La vitesse est de l’ordre de 2 Mbps pour 74,8 % des lignes déclarées dans l’UE, elle est comprise entre 2 et 10 Mbps pour 62 % des lignes et elle dépasse 10 Mbps pour 12,8 % des lignes. Grâce aux vitesses élevées de transmission des données, les clients bénéficient généralement d’un choix plus abondant et de meilleure qualité, à un prix par mégabit inférieur. Seulement 1,4 % des abonnés à l’internet en Europe disposent de connexions extrêmement rapides (jusqu’à 100 Mbps ou plus), notamment par fibre optique.

Le DSL (Digital Subscriber Line) est la principale technologie haut débit de l’UE, avec près de 86 millions de lignes. Toutefois, sa croissance continue à s’essouffler rapidement, avec un ralentissement de 10,9 % par rapport à juillet 2007, au profit d’autres technologies à haut débit comme le câble, la technologie FTTH (fiber to the home, ou fibre à domicile) et les boucles locales sans fil.

Illustrant le développement de la concurrence fondée sur les infrastructures, les produits basés sur le dégroupage de la boucle locale continuent à afficher une forte croissance, principalement grâce au succès de la régulation au cours des dernières années. 65,3 % des lignes DSL des opérateurs alternatifs (soit 24,7 millions de lignes) sont totalement ou partiellement dégroupées, alors que ce chiffre était de 45,4 % en juillet 2007. Cette évolution se fait au détriment d’importants types d’accès de gros pour les opérateurs alternatifs, dont la part d’accès de type «bitstream» (5,9 millions de lignes) et de revente en gros (6,9 millions de lignes) continue à baisser.

D’autres chiffres publiés pour la première fois montrent que le haut débit fondé sur des technologies mobiles comme les services 3G et le transfert de données par carte spécialisée, semble décoller dans plusieurs États membres. Le Danemark, la Grèce, l’Allemagne, l’Italie, la Slovénie et l’Espagne ont fait état d’un taux de pénétration de l’internet haut débit mobile supérieur à 10 %. L’UE comptait 34 millions d’abonnés au haut débit mobile le 1er juillet 2008 (sans tenir compte de la France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni qui n’ont pas fourni d’informations à ce sujet). Le taux de pénétration de l’internet mobile, qui mesure la proportion de la population totale utilisant activement l’internet mobile à haut débit, varie de moins de 1 % (en Belgique et à Chypre) à près de 20 % (en Espagne). La moyenne de l’UE est de 6,9 %. Le nombre de connexions mobiles haut débit utilisant uniquement des cartes, clés ou modems spécifiques, habituellement utilisés pour l’accès mobile à l’internet via un ordinateur portable, est nettement inférieur (autour de 2 à 3 %).

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...