Quand la protection de l'environnement ne se réduit pas à de simples papiers recyclés

L'eau constitue l'une des préoccupations majeures du 3ème millénaire. Le papetier Trebruck participe au projet "De l'Eau pour l'Humanité".

Considérant que les graphistes devaient apporter leur contribution au débat sur la protection de l'environnement et de ses éléments naturels, Thierry Sarfis, soutenu par le Syndicat National des Graphistes, a souhaité mettre en place une banque d'images sur le thème de l'eau accessible sur Internet.

L'appel à candidature a réuni 750 graphistes de 45 pays différents pour permettre la sélection de 96 images. Trebruk France est partenaire de cette initiative avec l'usine de Munkedals. Le Directeur Général, M. Vincent, nous présente les spécificités de fabrication de ces papiers qui ont obtenu le label environnemental nordique Nordic Swan pour l'ensemble de la gamme.

Trebruk France, groupe papetier suédois, est partenaire du projet de l'Eau pour l'Humanité. Que représente pour vous cet engagement ?

Implantée en France depuis 1987, Trebruk France, filiale à 100% de Trebruk AB, représente en exclusivité les trois usines du groupe : Hafreström (Suède), Kostrzyn Paper (Pologne) et Munkedals (Suède).

Localisée sur la côte ouest de la Suède, la papeterie de Munkedals a depuis de nombreuses années fait le choix d'inscrire les préoccupations environnementales au centre de sa stratégie d'entreprise.

Cette papeterie se distingue par une des consommations d'eau à la tonne les plus faibles du monde (2,7m3 à la tonne de papier produit) et travaille actuellement sur un projet bien avancé de fonctionnement en circuit complètement fermé, supprimant totalement les rejets dans l'eau.

De plus, la fabrication en milieu neutre à partir de pâtes à papier ECF (sans chlore gazeux) ou TCF (sans chlore ni dérivés) et, pour certaines sortes l'absence d'azurants optiques permet de réduire très significativement l'impact sur le milieu naturel.

Pour atteindre de tels résultats, il a été de modifier les process de fabrication, et l'entreprise a déployé un investissement industriel considérable, que ce soit d'un point de vue économique ou humain.

Aujourd'hui, les entreprises ou les consommateurs ont- ils pris conscience des réalités environnementales liées à l'eau ? Sont-ils prêts à acheter ce type de produit ?

Une réelle démarcation a existé longtemps entre les pays du Nord et les pays du Sud, en ce qui concerne les préoccupations environnementales. Les pays du Sud étaient traditionnellement moins conscients du rôle que chacun peut jouer pour protéger la planète et les éléments naturels qui la composent.

De nos jours, les consommateurs sont de plus en plus sensibilisés à l'importance de ces engagements sociaux. L'actualité a révélé de nombreux exemples directement liés à ces problèmes : le phénomène de la vache folle, la pollution de l'eau avec l'Erika, le recyclage des déchets quotidiens... Les citoyens se sentent de plus en plus concernés et attendent des entreprises et de l'État des actions concrètes, prouvant leurs intentions.

Malgré la tendance des entreprises à souhaiter communiquer vert, il est indispensable de préciser que ce n'est pas seulement un phénomène de mode, les préoccupations engagées doivent tendre davantage vers une prise de conscience globale des problématiques environnementales.

Quelles sont les particularités des papiers réalisés à partir de procédés respectueux de l'environnement, vis-à-vis de papiers plus classiques ?

Bien souvent, lorsqu'un annonceur souhaite souligner son engagement environnemental avec le choix d'un support adapté, les propositions des créatifs, des agences ou des imprimeurs se dirigent presque automatiquement vers les papiers recyclés. Or la présentation et l'aspect de ces supports poivrés, en dépit de leur intérêt, peuvent dans certains cas, rebuter les décideurs.

L'intérêt de la démarche de Munkedals est de proposer toute une gamme de papiers qui, tout en apportant des garanties environnementales fortes et incontestables, sont réalisés à partir de pâtes vierges et conservent ainsi des caractéristiques primordiales : propreté, opacité, rigidité et imprimabilité.

L'utilisation de ces papiers entraîne-t-elle des contraintes techniques particulières pour les professionnels (imprimeurs, photograveurs,...) des Arts Graphiques ?

Ces papiers sont certes issus de procédés particuliers, mais ne représentent en aucun cas une contrainte pour ses utilisateurs. Ils ne nécessitent pas de transformation technique, ni même de disposition particulière.

Il faut toutefois se souvenir que ce sont des papiers non couchés dont le traitement en photogravure et impression est différent de papiers couchés standard.

Pour donner à chacun toutes les chances d'obtenir les meilleurs résultats possibles, l'usine de Munkedals a publié récemment le Munken Foxy Guide, mémento technique qui propose à tous de partager son expérience.

Comment envisagez-vous l'avenir de cette tendance environnementale ? Quelles pourraient être les raisons du choix d'un tel papier ?

Cette tendance est significative de l'évolution de la prise de conscience des réalités environnementales. Sélectionner un tel papier induit un positionnement et des valeurs qui seront transmises par l'intermédiaire du support choisi.

Actuellement, les orientations marketing présentent un essor considérable de la communication b to b et de la communication institutionnelle. En effet, il s'agit d'adapter à chaque cible, une communication particulière, ce qui vise à restreindre la cible de chaque message et à communiquer différemment (avec un support distinctif) selon l'objectif poursuivi.

Non seulement les papiers Munkedals rendent comptent d'un engagement social fort mais proposent également des gammes de plus en plus sophistiquées. Il s'agit véritablement d'un concept-produit.

 

Pierre Vincent
p.a.vincent@wanadoo.fr

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...