PRINTML : Une norme gratuite pour échanger sur Internet

Une norme gratuite, unique et originale pour échanger et vendre sur Internet

Internet pourrait bien devenir le prochain commercial que vous recruterez ! Profitez de cet outil inégalé pour affirmer votre présence sur vos marchés en lui confiant votre message commercial et en multipliant les commandes. C'est-à-dire : vendez... Généralement, c'est là que tout cela se complique. Bien utilisé, Internet peut, en effet, démultiplier l'efficacité de votre message commercial et accélérer le flux des commandes. Ou du moins, des demandes de devis. Et si c'est la réussite qui couronne cette cyber-démarche, mieux vaut s'y être préparé ! La consultation des messages, le traitement de dizaines de devis supplémentaires prend du temps, beaucoup de temps, et des moyens humains et financiers adaptés. Par ailleurs, la multiplicité des formats, l'absence de normes sont autant de freins à la banalisation de l'utilisation commerciale d'Internet chez vos clients potentiels. Si Internet signifie casse-tête, complication de la démarche d'achat qui était jusqu'à présent la leur, ils n'y feront pas appel. C'est là le nœud gordien du développement du commerce sur Internet pour les imprimeurs. Sur une idée de départ émise par Aire Informatique, le SICOGIF et Imprimerie-OnLine, Aire Informatique a mis en chantier une norme, baptisée PrintML (Printing Industry Markup Language). Avec un maître mot : tout le monde aura accès gratuitement à cette norme, sans aucune obligation commerciale vis-à-vis d'Aire Informatique ou de qui que ce soit. Ce projet, en imposant des standards, devra faciliter et sécuriser les échanges par le biais d'Internet, entre l'imprimeur et son client, voire ses fournisseurs. Ces standards passeront par l'utilisation d'XML. Dérivé d'un autre langage, SGML, XML (ou eXtensive Markup Language) a été conçu, au départ, pour la mise en page et l'indexation de livres et de documents importants sur Internet. Pour ce faire, son utilisation est basée sur l'emploi de balises qui encadrent et qualifient un contenu. On peut créer ses propres balises et structurer ses informations comme on veut, selon ses besoins. Ces seules qualités font de XML le candidat apparemment idéal à la communication de données entre programmes informatiques différents et, par extension, sur Internet. Vous comprendrez alors que fleurissent les projets d'établissement de normes basées sur ce langage. Certains plus orientés production avec l'échange de données techniques, d'autres orientés commercial avec l'échange de données de gestion. Le projet PrintML fait partie de cette deuxième famille : l'échange de données de gestion. L'objectif de PrintML consiste donc à créer un langage structuré, dérivé du XML. Ce langage sera destiné à contenir des informations spécifiques pour échanger des communications commerciales ou techniques sans se soucier si le matériel informatique (ordinateur + logiciels) que vous utilisez est conforme à celui de votre client, de votre fournisseur (papetier, par exemple), transporteur, sous-traitant, transformateur, etc. Les scénarios d'échange entre ces différents acteurs – dont vous êtes – sont multiples  : l'éditeur transmettra sa demande de prix, par exemple, ou vous questionnera sur l'état de ses stocks papier  ; vous, imprimeurs, pourrez lui faire parvenir des offres de prix et l'informer, entre autres, de l'état d'avancement de son dossier ou de la date de livraison  ; vous pourrez questionner vos fournisseurs de papier, commander ce dernier et régler bien des litiges, etc. etc. La pierre philosophale en quelque sorte ! Ce n'en est pas loin, en tout cas : l'échange d'informations sera plus précis notamment dans la transmission des devis ; les délais de transmission et de traitement des informations fournies par le client seront considérablement raccourcis ; la productivité s'en verra améliorée d'autant que cette procédure éliminera les re-saisies, les relances téléphoniques pour compléments d'informations, etc  ; les possibilités de développement commercial, notamment à l'export grâce à Internet, seront également plus grandes. Convaincu ? Vous voulez en savoir davantage ? Connectez-vous au site PrintML XML, PrintML et les autres L'organisation d'XML tourne autour de balises – par exemple "rue", "code postal", etc. -, invisibles pour le lecteur mais qui indexent vraiment le contenu des pages Web. Ainsi, si vous recherchez des informations sur les fournisseurs de glaces à déguster, les moteurs de recherche ne vous rapporteront pas, avec XML, les textes sur la galerie des glaces de Versailles comme c'était le cas avec SGML ! On devinera alors que, compte tenu des possibilités de développement de l'activité sur le Web qu'il semble offrir, XML excite les imaginations, les passions et les convoitises. Et, un peu partout, on tente de bâtir de nouveaux standards de protocoles et, aussi, des stratégies entières, à partir de XML. Des effets pervers Pour le monde de l'imprimerie et des arts graphiques, quel est l'intérêt de développer de tels standards ? Essentiellement : faciliter la communication des données techniques (pour la production) et économiques (gestion, ventes, achats…) des différents partenaires graphiques. Et on s'est rendu compte que les industries graphiques constituent très certainement le secteur auquel le Web peut apporter le plus en termes de productivité. Pour permettre cet apport en productivité, encore faut-il que les différents acteurs économiques puissent donc communiquer. Or, si elle s'effectue en l'absence de normes communes, de standards acceptés par le plus grand nombre, la communication, qu'elle soit technique ou de gestion sur Internet, génèrera de vrais effets pervers. Aux Etats-Unis, on a déjà noté des changements de comportements commerciaux notables dus à ce manque de normes communes. L'enchère inversée est un de ces nouveaux comportements : le donneur d'ordre envoie sur le Web une demande de prix… et le prix qu'il souhaite (sous-entendu : qu'il souhaite… imposer !) ! Résultat prévisible : lorsque le prix est ainsi livré en pâture aux appétits du Web, le prestataire a tendance à sauter sur l'occasion, à répondre immédiatement… et à accepter des prix très bas. Pour contrer ces effets pervers, l'établissement d'une véritable norme d'échanges sur Internet est aujourd'hui le moyen le plus sûr. Seulement, c'est compter sans les intérêts particuliers. De tous les acteurs qui sont partie prenante, les leaders de l'édition et les majors de l'imprimerie semblent les plus avantagés. Ils parviennent assez aisément à mettre en place le dispositif nécessaire à l'élaboration rapide d'un standard commun de communication. Les imprimeurs de taille industrielle, de leur côté, y voient l'opportunité de collecter et de transmettre automatiquement les données de leurs clients éditeurs et de leurs fournisseurs sans passer par un facilitateur . Et de le faire avant que les éditeurs imposent leur propre mode de communication avec leur site Web. Par contre, pour la très grosse majorité des professionnels des arts graphiques, il en va tout autrement. A défaut de réaliser eux-mêmes l'étude, le développement et la mise en place de tels standards, ils doivent déléguer cette charge à ces tiers que l'on appelle facilitateurs. Ces prestataires d'un nouveau genre font le travail contre une rémunération pas toujours clairement avouée et ont entrepris une vraie course aux parts de marché. Les facilitateurs entendent disposer d'un lien direct avec les programmes de devis des imprimeurs compte tenu du nombre insuffisant de réponses aux demandes de prix qu'ils transmettent aujourd'hui par e.mail. L'enjeu stratégique est donc d'importance. Le positionnement des trois grandes familles d'acteurs du marché – éditeurs, facilitateurs et imprimeurs – se joue en ce moment. Cependant, les projets de standards XML ne sont pas encore très nombreux. Vous en connaissez déjà un, PrintML. Mais d'autres sont en chantier qui ne recouvrent cependant pas les mêmes services ni, et c'est très important, la même déontologie. Il faut définir chacun d'eux selon quatre axes : le caractère privé ou public de l'aventure, d'une part  ; son rôle plutôt en faveur d'une meilleure communication dans le domaine de la technique ou dans celui de la gestion, d'autre part. Sous forme de graphique, les stratégies sont claires. Découvrez les différentes normes en cours de développement.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...