La convergence entre le monde de la photographie professionnelle et des industries graphiques est en marche

Un rapprochement inéluctable.

GRAPHITEC-CONVERTEC, le salon des solutions dédiées aux Industries graphiques, à l'imprimerie et à la transformation, qui se tiendra du 9 au 12 juin 2009, à Paris Porte de Versailles, Pavillon 4, s'arrête sur le marché de l'impression grand format avec Patrick CAHUET (1PRIME concept), expert reconnu du marché et consultant du salon.
 
Historiquement, les photographes étaient chargés de la prise de vue, argentique. Les photograveurs avaient pour mission de transformer l'image argentique en supports imprimables. Depuis quelques années, la révolution numérique a bouleversé les métiers de toute la chaîne graphique. Si elle a touché d'abord les photograveurs, le secteur de la photographie traditionnelle a été rapidement submergé par le développement fulgurant de la photographie numérique.
 
Il est intéressant de constater que tous les fournisseurs leaders de la photogravure professionnelle se sont reconvertis d'abord dans le prépresse, en développant des gammes de CTP puis de flux, avant d'investir massivement le marché de l'impression numérique, et plus particulièrement de l'impression numérique jet d'encre. Ces fournisseurs ont bâti leur notoriété sur la maîtrise des étapes de la réalisation de la forme imprimante : capture de l'image, correction et séparation couleur, tramage, épreuvage, gravure de films ou de plaques.
 
Acteurs plus ou moins actifs de la mutation profonde en cours, ils proposent tous des solutions permettant de s'affranchir de la forme imprimante et de passer directement du fichier à l'impression, sur tous types de supports et dans des tirages de plus en plus importants.
 
Applications de l'impression numérique grand format

Depuis les années 90 environ, les technologies d'impression numérique, à sublimation thermique d'abord, puis à jet d'encre, ont été utilisées dans les arts graphiques, chez les photograveurs puis chez les imprimeurs, comme systèmes d'épreuves.

La vocation d'un système d'épreuve est de représenter au mieux le résultat définitif de la séparation et donc le rendu en impression traditionnelle d'une image initialement en Rouge Vert Bleu (RVB) et issue de photographie argentique.
 
Aujourd'hui, le format et la vitesse des traceurs jet d'encre ont augmenté, ainsi que le champ de leurs applications : affiches, bâches, habillage de véhicules, décoration, emballage, etc.

De nouvelles applications apparaissent régulièrement, autorisées par le développement de la technologie, et limitées uniquement  par l'inventivité et le sens marketing des créatifs et des prestataires de services.

En effet, les progrès réalisés tant au niveau des têtes jet d'encre que des formules des encres permettent d'imprimer sur de multiples supports : bois, métal, mélaminé, divers plastiques, verre.

Contrairement aux autres technologies d'impression, et à l'instar de la tampographie par exemple, le jet d'encre autorise la reproduction du texte et des images d'une finesse et d'une résolution extraordinaires sur des objets en trois dimensions.
 
Impression électrophotographique « laser » ; technologie adaptée particulièrement aux albums photos et autres produits dérivés

Les presses numériques laser, même de prix abordables, offrent désormais des rendus qualitatifs largement suffisant pour reproduire des images en qualité photographique sur de multiples supports imprimables, en recto verso, avec de multiples opérations de finition.
Des logiciels spécialement développés permettent, de façon intuitive, de réaliser des mises en page simples et des corrections d'images automatiques, soit par le photographe, soit directement par le client final, via Internet.
 
Nouveaux potentiels de développement commercial pour les photographes

Les presses numériques laser tels que les traceurs jet d'encre offrent des possibilités quasi illimitées de reproduction d'originaux photos sur de multiples supports, dans de nombreuses formes et présentent des voies de diversification de l'offre commerciale des photographes professionnels. En plus des traditionnels tirages argentiques, ils peuvent proposer une large gamme de produits dérivés de leurs prises de vue : des livres, des faire-part, des albums, le tout sur différents supports et des finitions variées, mais aussi des meubles, des bâches, des couvertures, des posters géants.
Tous ne vont pas, ou ne peuvent pas, acquérir des machines dont le coût peut atteindre quelques dizaines voire plusieurs centaines de milliers d'euros, mais Graphitec permettra aux photographes de rencontrer de futurs partenaires commerciaux. Ils pourront juger de l'adaptation des gammes de presses numériques laser ou jet d'encre, à plat ou en bobine présentées durant le salon.
 
Les photographes qui se déplaceront à la Porte de Versailles, du 9 au 12 juin 2009, avec tous les prestataires de la chaîne graphique, pourront découvrir ou imaginer de futurs produits attractifs à proposer à leurs clients, soit sur leur lieu de vente, soit à travers leurs sites internet.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...