La délocalisation d'impression de magazines français en Belgique au secours de la rentabilité de Roularta

C'est ce que précise le dernier communiqué de presse financier du groupe de médias belge.

La déclaration financière intermédiaire du premier trimestre 2009 du groupe de médias belge Roularta est claire sur un point : l'efficacité, en terme de rentabilité, de la politique de localisation en Belgique de magazines jusqu'à présent imprimés en France.

Le court paragraphe sur le sujet est particulièrement limpide : "l’imprimerie (une unité ultra-moderne située à Roulers - ndlr) réalise un nombre croissant d’ordres d’impression de titres français, imprimés jusqu’ici en France, ce qui profite à la rentabilité du groupe".

Si cette nouvelle n'est pas franchement bonne pour les imprimeries rotativistes françaises, elle constitue un ilot de positivisme dans un rapport financier bien sombre : sur le premier trimestre de l'année 2009, le chiffre d'affaires de la société a en effet reculé de près de 9,6% (-10,6% pour les médias imprimés et -7,4% pour les médias audiovisuels, pour s'établir à 181 millions d'euros.

Les publications gratuites ont subi une baisse de chiffre d’affaires publicitaire de 15 % imputable, essentiellement, aux offres d’emploi. Toutefois, les perspectives de ce département sont annoncées bonnes. 

Les revenus publicitaires des magazines se sont quant à elles effondrés de 24,7 %. Les réservations de dernière minute des insertions publicitaires ne permettent plus de formuler des pronostics fiables selon la direction de la société. 

Le chiffre d’affaires de la division Médias Audiovisuels est revenu de 44,7 à 41,4 millions d’euros, soit une baisse de 7,4 %. Ce résultat tient toujours compte du chiffre d’affaires (en légère baisse) du département disques optiques, une activité cédée au groupe français Qol le 1er avril dernier. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...