Konica Minolta en panne de stratégie dans les industries graphiques

La reprise de son partenaire technologique Océ par Canon, pousse à terme le constructeur nippon Konica-Minolta à se remettre en cause.

Dans la jungle des affaires, un chasseur peut devenir une proie, souvent beaucoup plus vite qu'il ne pouvait le penser.

Telle est aujourd'hui la situation du constructeur de photocopieurs Konica-Minolta dans les industries graphiques et l'imprimerie.

Il y a quelques semaines encore, tout allait bien pour la société : son développement dans le secteur s'était parfaitement opéré, par la commercialisation de quelques modèles aux qualités appréciées, vendus à des prix défiant toute concurrence. Cette stratégie classique de prise de parts de marché s'appuyait sur des développements propres ainsi que sur un partenariat R&D avec le néerlandais Océ.

Longtemps présenté comme le repreneur naturel de son partenaire, le nippon a sans doute beaucoup trop tardé pour se déclarer, jouant sans doute une valorisation à la baisse ou ne disposant pas du cash nécessaire pour ce faire.

Toujours est-il que la société s'est fait souffler sa proie par Canon, à l'occasion d'une OPA d'anthologie, rondement menée.

Ce rachat surprise constitue la pire chose qui pouvait arriver dans le contexte actuel à Konica Minolta, la société ne disposant plus de la taille critique face à des géant comme HP, Xerox-Fuji, Canon ou Ricoh et ayant surtout perdu l'expertise d'Océ dans les industries graphiques.

Une situation qui ne manque pas d'inquiéter les professionnels de l'imprimerie quant à la capacité de Konica Minolta de les accompagner à terme.

Annoncé depuis plus d'un an déjà, le copieur de production 90 pages fait cruellement défaut à la gamme et devrait être présenté sur l'Ipex.

Las, Ricoh est entretemps apparu sur le marché de l'imprimerie.

Leader incontournable de la bureautique et de l'éditique, financièrement solide et disposant d'équipes R&D, la société a pour ambition de devenir incontournable dans les industries graphiques. Avec une stratégie de prise de parts de marché ambitieuse, celle là même qui si bien su réussir, en son temps, à Konica Minolta...

La roue tourne.

 

Imprimeurs, donnez votre avis en publiant un commentaire ci-dessous  !

 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...