L'industrie papetière européenne a la patate... transgénique !

La Commission européenne vient d'autoriser la commercialisation d'une pomme de terre transgénique, destinée... à la production de papier !

Une nouvelle bataille contre le transgénique a t-elle été lancée le 2 mars dernier par la Commission Européenne ?

C'est en tout cas la tournure que semble prendre la situation, depuis la communication de cette décision, tant l'hostilité semble être grande depuis lors.

La décision prise par la Commission autorise en effet la commercialisation d'une pomme de terre génétiquement modifiée créée par la société BASF et dénommé Amflora, mais également, et on en a moins parlé, celle de trois maïs transgéniques de chez Monsanto dérivés du MON 863.

Si l'on connaissait le maïs transgénique depuis des années par les campagnes de destruction de champs qu'il engendre dans nos contrées, la véritable nouveauté consiste dans l'autorisation de commercialisation d'un tubercule transgénique, dont l'utilisation devrait principalement être industrielle.

pomme-de-terre-OGM-amflora

Cette autorisation apparaît comme d'autant plus exceptionnelle qu'aucune autre n'avait été délivrée en Europe depuis celle accordée en 1998 au maïs MON 810 de Monsato et qu'elle vient d'être prise pa la Commission Européenne, après que les différents Etats de l'Union n'aient pu s'entendre sur le sujet.

Génétiquement modifiée, la pomme de terre Amflora est "renforcée" en amylopectine, un composant de l'amidon utilisé dans la fabrication du papier (amidon) mais aussi de certains textiles et du... béton ! Elle contient également un gène marqueur de résistance aux antibiotiques, caractéristique qui pose un gros problème aux associations environnementales du fait d'un risque de dissémination dans la nature que cela pourrait engendrer à terme.

Le tollé provoqué par cette décision a immédiatement enflammé le parlement européen et il n'est pas de politique, de Corinne Lepage à José Bové, qui ne se soit opposé à cette décision.

Déjà, l'Italie et l'Autriche ont interdit la commercialisation de l'Amflora sur leur  territoire. Annonce à laquelle le groupe BASF a répondu en indiquant qu'il comptait cultiver dès cette année sa pomme de terre dans les pays d'ores et déjà prêts à l'utiliser comme la Suède, les Pays-Bas, la République tchèque et l'Allemagne.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...