Campagne Sexe et Tabac, l'agence de publicité BDDP & Fils répond à la polémique

Cette campagne, finalement retirée assimilait le fait de fumer à la pratique sexuelle de la fellation. BDDP & Fils s'explique...

Malgré l’effort national pour freiner la consommation de tabac, le tabagisme s’accroît chez les jeunes : les indicateurs repartent à la hausse.  Aujourd’hui, 40% des fumeurs de 12 à 25 ans sont déjà dépendants. Pour réagir à l’indifférence désespérante des jeunes à l’égard des discours anti-tabac, Droits des Non-Fumeurs choisit aujourd’hui de rompre avec la tiédeur des campagnes préventives.

La campagne a d'abord été lancée par 3 simples cartes postales disponibles sur présentoir dans des lieux de sorties des jeunes. Les cartes postales utilisaient des visuels choc, symbolisant la soumission des jeunes fumeurs au tabac. Elles expriment l'idée que loin d'être un acte transgressif ou un symbole d'émancipation, fumer est juste une façon de faire très plaisir à l'industrie du tabac. Des images fortes et dérangeantes destinées à réveiller les consciences et à créer le débat. Ces cartes n'ont pas tardé à être en rupture d'exemplaires.

Mais quand les médias ont relayé ces images, la controverse a même exposé ces visuels aux yeux du grand public, jouant d'un paradoxe : ceux là même qui se soulevaient pour les dénoncer ont été ceux qui ont fait leur visibilité. Les associations, les journalistes, les politiques, les professionnels de la communication qui prétendaient critiquer ces images dérangeantes, sont en réalité ceux qui les ont montré; la polémique, leur donnant aussi l'occasion de prendre la parole pour défendre leurs propres convictions. Que l'on soit pour ou contre ces images, elles ont permis à peu de frais de replacer la question du tabagisme précoce au coeur de l'actualité et recréer le débat sur la meilleure façon de convaincre les jeunes.

Cette polémique a aussi permis de lancer un film, destiné lui, à faire l'objet d'une diffusion média grand public. Il impose toujours l’idée que fumer n’a rien d’une attitude "cool et rebelle" mais est au contraire le signe d’une personnalité facilement influençable. ??Il rappelle que fumer n’est autre qu’une soumission docile à un produit qui souille notre corps avec les pires substances toxiques et cancérigènes telles l’acétone, le naphtalène (antimite), le cadmium (utilisé dans les batteries), l’arsenic (poison violent), le polonium 210 (élément radioactif), le DDT (insecticide), le mercure, le goudron, le plomb… ?

Pour mieux créer cette prise de conscience, le film est une fiction qui crée un parallèle imaginaire avec ce qu’aucun jeune n’accepterait : devenir une décharge de produits toxiques pour servir des intérêts industriels.?? Comble de l’ironie : les jeunes fumeurs acceptent de payer pour ça (un fumeur dépense en moyenne 1277 euros par an). ??Ce film imaginé par BDDP & Fils a été réalisé gracieusement par Yvan Attal et la société de production Wanda. Les comédiens ont eux aussi participé gracieusement. ?

 

dnffilm
 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...