Verbatim - les procédés des consultants en réduction de coûts d'imprimerie sont grossiers

Verbatim de Graphiline, des directs d'actualité de l'imprimerie et des industries graphiques, dans le texte, sans commentaire et sans concessions ! Verbatim du patron d'une imprimerie française, souvent confronté aux pratiques de ces officines.

"Les procédés employés par les consultants en réduction des coûts pour la famille imprimerie sont grossiers.

Le plus étonnant est que celà marche à chaque fois ! Vous allez chez un client grand compte qui dispose d'une équipe de fabrication ou d'achat qui traite au quotidien avec ses fournisseurs. Ce sont des gens de métier qui connaissent les prix de marché, les parcs machines et qui généralement savent parfaitement optimiser l'adaquation entre un dossier et un imprimeur, gage d'achats optimisés. Ils organisent en outre la concurrence pour acheter au plus juste.

Le consultant va contacter la direction générale de l'entreprise en lui promettant de lui faire gagner beaucoup d'argent, sur une famille, nécessairement mal gérée... Le discours est toujours le même et fait mouche à chaque fois : vos acheteurs sont des nuls et je vais vous démontrer qu'on peut acheter nettement moins cher ! Le consultant lance alors un appels d'offres extrèmement compliqué - du style 500 devis à décliner par quantité et en scindant bien le calage, la papier, les coûts commerciaux...

Aucun imprimeur ne peut réaliser ce travail sérieusement et dans les délais impartis qui sont toujours très courts. Le plus souvent, les imprimeurs traditionnels ne répondent donc pas car l'analyse du dossier consiste informatiquement à ne retenir que les moins chers. Quand on répond à l'appel d'offres, il faut donc faire les prix à la louche, 40% plus cher que les prix de marché, avec des décompositions sans queue ni tête. Pour illustrer le ridicule de la démarche, c'est comme si je demandais à mon boulanger le prix du pain en lui demandant de le décomposer entre le coût de la croute et celui de la mie...

L'imprimeur qui répond procède alors à une décomposition comme il le sent...

Une fois cette grille reçue, le consultant décrète que vous êtes trop cher de 30% : vous refaites donc les grilles de façon encore plus empirique que la première fois et vous avez alors la chance - inouie - de faire partie du Panel.

Le consultant peut alors présenter au client et matérialiser le fait qu'il vient de lui faire faire une économie très importante. Selon les termes de son contrat, il touche alors un pourcentage de l'économie - virtuelle - effectuée, et lui remet des abaques et grilles de prix cibles à utiliser dorénavant.

Dommage pour le client : ces grilles sont totalement inutilisables car inadaptées aux besoins quotidiens des acheteurs... Les acheteurs disposent donc d'un panel d'imprimeurs, dans lequel ils achèteront comme avant... Le client vient de se faire délester bien concrètement d'une somme rondelette qui ne représente finalement qu'un potentiel virtuel d'économie sur achats dont il ne bénéficiera jamais... Vous appellerez ça comme vous le voulez !"

Le patron d'une imprimerie française - Etampes, le 4 Mai 2010 à 14H37

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...