Flux de production (vol 4)- L’imposition directe sur film (CtF)

Le CtF a vraiment sa raison d’être si l’on est photograveur prestataire de services.

Votre flux de production numérique est donc en place, au moins sur le papier car il devra subir quelques modifications et améliorations en fonction du matériel de sortie choisi, et vous vous demandez, précisément, quelle sortie lui adjoindre. Les possibilités sont réelles et il est conseillé de les passer toutes en revue avant de commander la machine dont on rêve. Même si l’on s’estime certain, l’instinct et l’expérience professionnelle aidant, que le choix est clair. A la suite d’un flux de production numérique, on peut positionner cinq grandes familles de sorties :
- les Ctf ou systèmes d’imposition directe sur film ;
- les CtP ou syst-mes de gravuredirecte des plaques ;
- les CtPress, systèmes de gravure directe sur machine offset ;
- l’impression numérique proprement dite, à plaque virtuelle (ou non impact printing), enfin,
- les copieurs hauts volumes que connaissent déjà longtemps les ateliers de reprographie, intégrés ou non. J’ajouterai également à ce panorama, quoique en filigrane, les imprimantes numériques grand et très grand formats. Le CtF (Computer to Film ou imposition directe sur film) est la configuration qui vient le plus naturellement à l’esprit. Cette solution se présente sous la forme d’une flasheuse mais au format de la forme imprimante et dotée de tétonnage : on ne flashe plus page par page mais forme par forme. C’est l’imposition directe. On gagne une étape à moindre frais. Une solution intermédiaire consiste à choisir un CtF demi-format afin de pouvoir alimenter des presses offset de différentes laizes. Dans ce cas de figure, un CtF 4 poses permet de produire des plaques de 4 poses et, au prix d’un rapide montage sur table lumineuse, des plaques de 8 poses. Le CtF n’est pas un élément perturbateur dans l’entreprise où il entre et il s’intègre parfaitement dans un flux existant. De plus, cette solution représente l’investissement le plus bas de tous, soit moins de 600 KF, logiciel d’imposition et rip compris, pour un bon matériel. Les photograveurs sous-traitants d’imprimeurs devront préférer le CtF au CtP qui, par nature, doit être proche des presses. Le CtF est cependant une excellente initiation à la gravure directe. D’ailleurs, Les CtF sont couramment capables de produire des plaques polyester. Enfin, tous les fournisseurs habituels de flasheuses ont une offre en CtF conséquente.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...