Retour aux profits pour le groupe de média et d'imprimerie Roularta

Le résultat net de RMG se monte à 15,1 millions d’euros, contre une perte de 10,8 millions d’euros au premier semestre 2009. L''endettement de la société s'accroît.

Le groupe belge d'imprimerie et de médias Roularta (Roularta Media Group) annonce avoir réalisé au second trimestre 2010 un chiffre d’affaires consolidé de 186,2 millions d’euros, contre un chiffre d’affaires corrigé de 181,6 millions d’euros au deuxième trimestre 2009, soit une hausse de 2,5 %.

Le chiffre d’affaires corrigé de la division Medias Imprimés a fait du surplace (-0,9 %) à 278,3 millions d’euros, une évolution qui met fin à la tendance baissière entamée au début de la crise, fin 2008.

 

Publicité

Le groupe déclare observer, avec un certain décalage, une légère baisse (-3,4 %) des revenus publicitaires des publications gratuites.

"Dans ce segment, l’impact de la crise a été ressenti avec un léger retard. Cette baisse s’explique essentiellement par un repli des annonces d’emploi. Etant donné que la crise a atteint son apogée en avril/mai 2009, on observe encore une légère baisse (-1,5%) des revenus publicitaires des magazines. Cette baisse a été amplement compensée, en termes de chiffre d’affaires, par la hausse vigoureuse (+20,5%) des revenus internet.

En France également, on peut parler d’une décélération de la baisse du chiffre d’affaires publicitaire et on observe une légère croissance (+0,7%)
".

Marché des lecteurs

Le chiffre d’affaires issu du marché des lecteurs (ventes au numéro et abonnements) est annoncé en progression de 1,2 %. Cette hausse serait perceptible aussi bien en Belgique qu’en France.

"De manière générale, on peut affirmer que la fidélisation est très forte puisque les abonnés nous sont restés fidèles.

Après les grandes restructurations de l’an dernier, le groupe continue de se concentrer sur une politique de maîtrise des coûts. Au premier semestre, l’EBITDA a encore été influencé par 2,9 millions d’euros de nouveaux frais de restructuration. Par ailleurs, l’EBIT a été influencé au deuxième trimestre 2010 par une réduction de valeur spéciale de 1 million d’euros sur la marque Atmosphères, puisqu’il a été mis fin à la collaboration avec Femmes".


Médias audiovisuels

Le chiffre d’affaires corrigé de la division Médias Audiovisuels est passé de 80,0 a? 85,2 millions d’euros, soit une hausse de 6,5 %.

"Les revenus publicitaires du groupe VMMa ont connu une hausse sensible. Le chiffre d’affaires des jeux téléphoniques et le chiffre d’affaires de la télévision régionale se sont légèrement tassés, alors que le chiffre d’affaires de Kanaal Z/Canal Z est resté stationnaire.

Un élément très favorable a été la possibilité de reprise, chez VMMa, d’une dette prévue (0,8 million d’euros) concernant une indemnisation ONSS, puisqu’il est apparu que cette indemnisation réclamée n’était pas fondée".

Le résultat d’exploitation (EBIT) est passé de 7,4 à 16,9 millions d’euros, tandis que le résultat d’exploitation courant (REBIT) a progressé de 9,2 à 16,1 millions d’euros. La marge atteint 18,9 %, contre 11,2 % au premier semestre 2009.

Le résultat net de la division a atteint 11,2 millions d’euros, contre 4,6 millions d’euros au premier semestre 2009, alors que le résultat net courant a bondi de 89 %, de 5,6 à 10,7 millions d’euros.

Les capitaux propres s’élèvent au 30 juin 2010 à 341,6 millions d’euros, contre 324,8 millions d’euros au 31 décembre 2009.

Au 30 juin 2010, la dette financière nette s’élève à 128,1millions d’euros, contre 126,4 millions d’euros au 31 décembre 2009.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...