La WAN-IFRA lance un projet d’investissement social dans les médias

La cible : les pays en voie de développement.

L’association mondiale des journaux et des éditeurs de médias d’information (WAN-IFRA) a appelé les investisseurs dotés d’une conscience sociale à s’associer à ses efforts pour accroître l’investissement social dans les journaux des pays en voie de développement et contribuer à la viabilité économique et l’indépendance de la presse libre à travers le monde.

L’un des principaux problèmes rencontrés par les journaux dans les pays en voie de développement est le manque d’investissements. Les domaines où ils ont le plus besoin de capitaux sont les suivants : l’expansion des activités, le développement de nouveaux produits, le recrutement de personnel et l’investissement dans de nouvelles imprimeries.

En partenariat avec l’agence de coopération suédoise pour le développement international (Sida) et le fonds de prêts pour l’expansion des médias (MDLF), la WAN-IFRA a lancé un projet d’investissement social dans les médias (Social Investment in Media Initiative) pour promouvoir des mécanismes d’investissement innovants dans les médias des pays en voie de
développement et émergents.

« Généralement, le financement par emprunt accordé par les banques locales est très onéreux et court-termiste alors que le financement par capitaux propres privés est souvent lié à des élites politiques puissantes et limite l’indépendance éditoriale des médias dans les démocraties fragiles et les pays émergents », explique Mirjana Milosevic, directrice du programme de la WAN-IFRA et coordinatrice du projet.

« Il en résulte que les sociétés de médias en plein essor dans les pays où le marché des capitaux en est à ses débuts manquent souvent de capitaux », poursuit-elle. « Nous nous efforçons de remédier à cette situation et d’aider les médias présentant une bonne santé financière à se développer car c’est l’une des conditions essentielles à l’existence d’une presse libre ».

L’objectif de l’investissement social est de maintenir des structures financières saines tout en protégeant la valeur sociale des sociétés de médias en tant qu’institutions démocratiques. Le fonds de prêts pour l’expansion des médias a déjà créé avec succès des produits d’investissement dans des médias indépendants ayant à la fois un retour financier et social pour les investisseurs, dont Voncert coté à la bourse de Zurich.

« Les bailleurs de fonds qui investissent dans le développement des médias se rendent de plus en plus compte que les capitaux dans le cadre d’un financement formel – prêt abordable ou garantie – peuvent avoir un effet catalyseur pour de nombreuses sociétés de médias des pays en voie de développement et leur être très utiles, surtout s’ils s’accompagnent d’aides au titre de l’assistance technique », constate Pia Hallonsten, spécialiste des politiques à l’agence de coopération suédoise pour le développement international (Sida).

« Des partenariats public-privé peuvent apporter une grande valeur ajoutée aux projets de développement. L’agence Sida s’en est rendu compte et s’efforce de renforcer le rôle des partenariats de développement avec le secteur privé », conclut-elle.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...