Encre d'imprimerie - situation tendue sur le front des matières premières

Les industriels du secteur des encres d'imprimerie naviguent à vue.

Les problèmes d’approvisionnement sur les résines tout particulièrement et les pigments, génèrent des problèmes majeurs dans toute la chaîne d’approvisionnement, en termes de délais de livraison et de coûts.

La colophane, par exemple, a enregistré une augmentation de 400% en 18 mois et d’autres matières premières subissent un phénomène de même amplitude.

La colophane, résine de pin et matière premières utilisée dans les encres d'imprimerie, est un exemple extrème de ce qui se déroule silencieusement dans la chaîne d'approvisionnement. Le coût de cette matière première renouvelable est volatil et se négocie actuellement autour de 3000 dollars la tonne. La tendance est toujours à la hausse  et les mauvaises récoltes en Chine, dont le rendement est bien inférieur à la moyenne, provoque une tension quant à la disponibilité de cette matière.

Cette situation se retrouve pour la nitrocellulose, dont la fabrication est basée sur un élément clé, le coton. Les prix du coton ont fortement augmenté, du fait de mauvaises récoltes au Pakistan suite aux inondations et plus généralement à cause de mauvais rendements.

Les pigments organiques utilisés dans les encres d'imprimerie quant à eux,nous proviennet des Indes ou de Chine, où une forte augmentation de la demande a freiné les exportations.

La disponibilité de certaines matières premières courantes enfin, telles que le dioxyde de titane et le noir de carbone, est également réduite. Une situation qui vient de la fermeture de certains sites de production liée à une forte augmentation de la demande.

Dans ce contexte difficile, les industriels des encres d'imprimerie naviguent à vue et n'ont aucune visibilité sur la durée des pénuries auxquelles ils sont confrontés depuis plusieurs mois.

Avec des augmentations de 10 à 30% sur 2010 et la perspective de nouvelles hausses de 10 à 20% en 2011, ils sont très clairement confrontés à un problème de sécurisation de leurs approvisionnements.

"La disponibilité des matières premières est au centre des préoccupations des industriels des encres d'imprimerie" nous précisent Martin Kanaert, Executive Manager d’Eupia et Loic
de Surville, Président de l’AFEI. "Les industriels n’ont aucune visibiliteé sur la durée des pénuries et des contingentements qu’ils subissent depuis plusieurs mois. Suite à la crise économique de 2008, beaucoup de fournisseurs de matières premières ont réduit leurs capacités de production, procédé à des licenciements et fermé des sites définitivement. La réduction des stocks en 2009 et la poursuite de ce processus en 2010 amènent un certain nombre d’industriels à ne plus être en mesure de fournir leurs clients de manière satisfaisante."

Et de poursuivre que "l’approvisionnement en pigments a été freiné par la prise en compte croissante des défis environnementaux et les coûts générés. Récemment, la Chine et l’Inde ont annoncé la mise en place de règles environnementales plus strictes dans la production de
pigments. De plus, le programme d’économies d’énergies engagé par la Chine a affecté beaucoup de fournisseurs de pigments et d’intermédiaires. En conséquence, les fabricants d’encres d’imprimerie manquent de maîtrise sur les coûts et les approvisionnements des
matières nécessaires à la fabrication de leurs produits".

Il est à ce titre intéressant de noter que dans certaines industries, de nouveaux développements techniques vont à l’encontre d’un fonctionnement fluide de la chaîne
d’approvisionnement des matières premières. Par exemple, les huiles minérales, les huiles de base et certains solvants subissent une pression liée à l’optimisation de la production et à une recherche de marges plus élevées pour les raffineries.

Il s’avère ainsi que ces produits ne représentent pas des productions rentables pour les raffineries. Beaucoup d’installations anciennes fabricant ces matières ont fermé et les nouvelles raffineries ne sont pas intéressées par leur fabrication.

En conséquence, compte-tenu de ce contexte, le marché des matières premières utilisées par
les fabricants d’encres d’imprimerie subit de très fortes tensions de manière générale, et les
augmentations enregistrées sur les reésines peuvent aller de 10% à 400% et les pigments de 10 a 40%.

Une situation qui devrait sans doute conduire les autorités européennes à prendre très au sérieux la sécurisation des approvisionnements en matières premières de l'Union. Car une guerre économique ne passe t-elle pas déjà par l'assèchement du marché des matières premières ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...