L'ekta numérique véritable avec Imacon (3)

La technologie Flextight d'Imacon, qui emprunte au scanner rotatif sa qualité et au scanner à plat son approche conviviale, se caractérise aussi par une visée directe de l'original et par un logiciel particulièrement simple à utiliser.

Les concepteurs de la technologie Flextight ont apporté beaucoup de soins à la maîtrise de la lumière sur les scanners de la gamme Imacon. L'intérieur du tunnel vertical qui abrite la visée est non réfléchissant, ce qui doit favoriser la netteté et l'obtention de couleurs précises. De plus, la source lumineuse s'adapte. But recherché : traiter des originaux sombres, par exemple, en respectant la gamme des densités et sans introduire de bruit supplémentaire. Ce tunnel, qui donne au scanner un profil pour le moins curieux, est d'une grande efficacité. Son rôle est primordial. Il crée, en effet, une profondeur de champs idéale apte à résoudre les distorsions pour aider à la meilleure restitution possible du caractère de l'ekta analysé. Les facteurs d'agrandissement sont intéressants, particulièrement, avec le Precision II, au format A4. Cet outil, qui dispose, comme les autres modèles, d'un objectif Rodenstock et d'un CCD 8000 fourni par Kodak, peut, en effet, numériser des diapositives 24x36 mm avec une résolution optique – la résolution qui importe - pouvant aller jusqu'à 5 760 dpi et des documents opaques à 700 dpi ! Avec de telles performances, les agrandissements restent fidèles, selon Imacon, jusqu'à 2 400% ! Au final, le temps de traitement d'un original est très faible. La prénumérisation prend quelques secondes et la numérisation proprement dite est suffisamment rapide pour permettre une production de 15 jobs effectués à l'heure. Le logiciel d'application livré sur toute plate-forme standard Windows NT ou Mac, ColorFlex, est en conformité avec ColorSync et permet de créer des fichiers prêts à l'impression, profils ICC inclus. Ce soft, qui est aussi celui qui pilote le dos numérique Carnival d'Imacon – dont nous parlerons la semaine prochaine - pour prise de vues en moyen format, est donc un soft de capture complet. Il permet à l'utilisateur de travailler, au choix, en RVB, en CMJN ou encore en négatif. Quelques petites manipulations suffisent à l'introduction dans le système du profil d'entrée et de celui d'écran. En CMJN, il est également possible d'effectuer la séparation des couleurs à la volée, en prescan, et, par conséquent, de la commander via une table de séparation fort simple. Enfin, des fonctions Photoshop ont été intégrées à ColorFlex. Elles autorisent des réglages sur le preview, sans attendre le scanning final. On peut notamment procéder au contrôle fin du contraste, de la luminosité, de la netteté et de visionner en temps réel les modifications apportées. Les scanners de la technologie Flextight sont commercialisés depuis deux ans en France. Cette technologie, très ignorée du prépresse – à tort -, a bien pénétré le secteur de la photographie, donnant la possibilité aux professionnels de ce secteur d'artistes mais aussi d'industriels, d'aborder le numérique sans abandonner leurs exigences de photographes. Sans investissements lourds non plus, ni procédures d'utilisation complexes comme peuvent être celles des scanners rotatifs. C'est aussi une technologie de production adaptée à la majorité des cas couramment observés en prépresse. Sans concurrencer les scanners rotatifs ni les scanners à plat haut de gamme, la solution d'Imacon est digne de figurer dans vos plans d'investissement futurs si vous deviez remplacer un de vos outils d'analyse de l'image.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...