Le Studio Yvonneau opte pour une configuration prépresse complète Purup-Eskofot

Spécialisée dans la réalisation complète de documents de la création jusqu'à l'impression, avec des exigences de qualité particulièrement élevées, la double entité Studio Yvonneau/Italic Impressions a retenu, après une série de tests approfondis, Purup-Eskofot pour sa configuration prépresse complète, dont un CTP 8 poses avec chargeur automatique de plaques.

Depuis la rentrée (septembre 2000), Yann Yvonneau, fondateur du Studio Yvonneau et de Italic Impressions, dispose enfin d'un espace à la mesure de ses rêves : sa double structure –un studio complet de création/réalisation et une imprimerie feuilles- a quitté les bords de l'Yonne au cœur d'Auxerre pour un centre de production entièrement câblé en fibre optique haut débit en périphérie de la ville. Désormais installés sur plus de 2000 m2, moitié conception/prépresse dont un large plateau de studio photo, moitié atelier d' impression, Yann Yvonneau et sa femme Anna poursuivent ainsi une aventure originale, pour ne pas dire unique, commencée voilà 18 ans. En 1983, Yann Yvonneau, graphiste, crée sa propre entreprise : Studio Yvonneau, à Auxerre. Deux ans plus tard, il élargit ses prestations à la photocomposition. En 1990, alors que la structure compte 5 personnes, il décide d'élargir ses prestations en créant sa propre imprimerie : Italic Impressions. " J'en avais assez de sous-traiter l'impression, souvent non conforme à mes attentes d'un point de vue qualité, souligne Y. Yvonneau. De plus, dès cette époque, on sentait que les marchés allaient progressivement revenir aux imprimeurs qui prendraient en charge l'amont des travaux. D'ailleurs, aujourd'hui, certaines imprimeries commencent à embaucher des graphistes ". Seulement, pour Y. Yvonneau, il est plus facile d'aller de la création vers l'impression que l'inverse : " en tant que créatif, je comprends très facilement ce que souhaitent mes clients en création mais aussi réalisation technique de l'ensemble du document fini ". Surtout, Yann Yvonneau est avant tout un " homme de l'art " : il veut que les choses soient bien faites, et exige une qualité irréprochable à chacun de ses travaux. Mais cette exigence de qualité est à l'origine du succès de l'entreprise. Aujourd'hui, Studio Yvonneau/Italic Impressions, qui dispose également d'un atelier de façonnage (dont une encarteuse piqueuse), emploie 18 personnes pour un chiffre d'affaires de 16 MF cette année réparti entre création/prépresse (8 personnes dont 3 créatifs) et impression/façonnage. Sa force : la maîtrise totale du document et donc de sa qualité de A à Z. Avec, dès le stade de la création, des moyens appropriés : dos numérique Phase One sur un Hasselblad (One shot, 18 Mo acquisition), 8 stations (G4,G3,RAM maximum) toutes équipées d'écran 21 pouces et d'une tablette Waccom, ainsi qu'une station ColorStation Quato, avec calibrage profils ICC de l'ensemble de la chaîne graphique. Avec un tel équipement dans la partie création, la production ne doit, par conséquent, souffrir d'aucun à peu près. A commencer par le prépresse. Ainsi, lorsque Yann Yvonneau décide de faire monter en puissance son prépresse, notamment pour s'équiper d'un système CTP, il ne ménage pas les fournisseurs et les met en concurrence directe. Ses propres fichiers numériques sous le bras, il débarque chez chacun d'entre eux en leur demandant de réaliser un jeu de plaques sur leur CTP respectif. Mais, parallèlement à une étude technique approfondie des différents matériels et configurations, la qualité d'impression obtenue sur machine sera l'élément décisif du choix. " Seules les plaques gravées sur l'ImageMaker de Purup-Eskofot ont réussi l'examen de passage, affirme sans nuancer Y. Yvonneau. En particulier, elles ne présentent aucun travers d'un point de vue exposition : l'insolation sur un CTP Purup-Eskofot étant réalisée en fonction, non des bords de plaque, mais du tétonnage (Bacher ici). Après deux coups de clé d'excentrique, la plaque est calée sur la presse et 3-4 feuilles suffisent pour être en repérage ". Sachant que, par ailleurs, Y. Yvonneau attache une attention toute particulière à la qualité : " tous les tirages sont dotés d'une barre d'épreuves avec contrôle permanent du point et de la densité ". Soit une adéquation parfaite avec le système d'écriture Opto Link (fibre optique) breveté Purup-Eskofot et VarioSpot (engraissement du point) permettant au système CTP danois de répondre à des exigences de très haute qualité. " Avec un gain particulièrement appréciable dans les détails et les tons chairs ", précise encore Yann Yvonneau qui, au final, a opté pour une configuration prépresse complète de Purup-Eskofot : un scanner couleur et CopyDot EskoScan Vincent (équipé du logiciel de retouche d'image Perfection), le système de gestion des flux de production NewAge 3.01 avec la plupart de ses options (Preview, Contract Proof, Check Proof, Imposition Manager, Local serveur OPI, Trames HDS, Dot Gain compensation, Ink Control CIP3), et donc une ImageMaker CTP B1 (8 poses) entièrement automatique (chargement/déchargement automatique des plaques, connection en ligne avec la développeuse). Auxquels il faut ajouter un système CTF ImageMaker Maestro 4 poses également de Purup-Eskofot exploité depuis deux ans par le Studio Yvonneau. Le tout fonctionnant sans aucun incident au vue des exigences qualitatives mais aussi de productivité de Y. Yvonneau. A commencer par le volet installation et formation pour l'ensemble de la nouvelle configuration : " Purup-Eskofot offre un circuit court de réponse avec un SAV très rapide ". Surtout, la production est au rendez-vous sur le CTP entièrement automatique et piloté à distance par le prépresse: "nous sortons 20 plaques 8 poses/heure à 2540 dpi en trame 175 ". Avec, en amont, le respect d'une procédure précise permettant d'obtenir la qualité requise : " tous les matins, nous contrôlons la densité des films et des plaques sur le CTF et CTP, explique Y. Yvonneau. Avec, si besoin, réglages de ces derniers qui sont faciles sur ces équipements. Pour tous les travaux, à partir du même fichier rippé (RIP NewAge base Harlequin), nous sortons une épreuve d'imposition HP, une épreuve de chromie Epson (non tramée) puis, après validation, le jeu de plaques CTP (ou films CTF) ". A noter qu'avant de lancer la sortie CTP, le chef d'atelier impression contrôle systématiquement l'épreuve d'imposition. La quasi totalité des documents originaux étant réalisés en interne, avec une saisie, soit, prise de vue numérique, soit sur le scanner EskoScan, l'entreprise travaille de fait 100% en données numériques. Avec possibilité d'amalgamer sur le flux de production NewAge les données PostScript 3 et PDF. Ainsi, étape par étape, et beaucoup à la force du poignet, Yann Yvonneau a acquis une réputation certaine. Ses travaux, toujours haut de gamme et marqués d'un " coup de griffe " particulièrement soigné en création et mise en page, sont issus à 95% de clients en direct. Imprimés essentiellement sur du couché mat ou satiné, ils concernent tous secteurs d'activités (art, bijouterie, mode, industrie, alimentaire, cosmétique, outillage, mobilier…) et tous types de produits : plaquettes, dépliants, catalogues…Pour un tirage moyen d'environ 5000 exemplaires réalisés sur deux presses Komori (5 couleurs 70 x 102 cm, 4 couleurs 52 x 74 cm ; plus une presse GTO A3). A l'avenir, Yann Yvonneau compte bien exploiter son important potentiel de développement : passer l'impression en 2 x 8 h, se lancer dans la création de sites web, et disposer d'un bureau de création/vente sur Paris.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...