Les Papeteries de Türckheim (68) déposent le bilan

La nouvelle a été annoncée hier aux salariés de l'usine.

Nouveau rebondissement dans la vie cahotique des Papeteries de Türckheim, l'une  des dernières unités de productions encore en activité de l'ancien groupe papetier Matussière et Forest.

A l'occasion d'un comité d'entreprise extraordinaire qui avait lieu hier dans les locaux de l'usine, les salariés du site ont appris de leur direction, que la société déposerait le bilan aujourd'hui auprès du tribunal de commerce de Colmar.

Ce dépôt de bilan semble logique, tant les deux années qui viennent de s'écouler ont été difficiles pour la papeterie, entre une conjoncture papetière morose, l'envolée des prix de ses matières premières - en particulier les vieux papiers - et des turbulences sociales qui n'auront fait que s'exacerber au fil des mois.

Spécialisée dans la fabrication de papier recyclé, l'usine de Türckheim sa suscité bien des convoitises lors de la liquidation du groupe Matussière, entre un projet porté par un ancien cadre du groupe, qui fut directeur de la Papeterie de Lédar, Pierre Gavelle, appuyé par des investisseurs locaux, dont Armand Giamberini, et Christiane Vulvert, ancienne secrétaire générale de France Soir qui voulait dédier le site à la fabrication de papier journal.

Après un combat d'anthologie et un recours en annulation, c'est finalement Pierre Gavelle qui reprend le site fin 2008 pour un redémarrage d'activité courant 2009.

papeteries_de_turckheim_400

Si le redémarrage est cahotique, du fait d'une conjoncture très difficile, l'usine parvient à tourner de nouveau, allant jusqu'à générer un chiffre d'affaires de 26 millions d'euros en cette même année, jusqu'à ce qu'elle soit confrontée début 2010 à l'effondrement du prix du papier et à de grosses difficultés d'approvisionnement en matières premières. Courant 2010, le site est stoppé durant près de 4 mois et une tentative de relance sur un nouveau marché, la fabrication de pâte à papier recyclée tentée.

Sans succès toutefois du fait d'un niveau de blancheur de pâte insuffisant.

En septembre, la papeterie se relance sur son marché d'origine en privilégiant les marchés spots à l'étranger, ayant recours notamment aux services du très controversé homme d'affaires canadien Bob Roche, homme d'affaires qui vient de liquider coup sur coup deux usines à papier en Europe, l'usine belge Cordenons Malmédy (oct. 2009) et l'usine allemande Lott d'Achern (dec. 2010).

Si durant la fin de l'année 2010, la papeterie de Türckheim vit au rythme des arrêts de production de sa machine à papier, son directeur général, Pierre Gavelle reprend toutefois au même moment la papeterie Grégoire, une papeterie vosgienne en difficulté, à laquelle... Bob Roche s'intéresse depuis près d'un an alors qu'il dirigeait encore la papeterie allemande Lott.

L'inquiétude des salariés de Türckheim augmente encore quand ils apprennent en janvier 2011 que leur patron est prêt à reprendre une autre usine en difficulté, la papeterie de Veuze.

En parallèle à cette situation difficile, les papeteries de Türckheim sont confrontées à un problème de fond, relatif à la propriété même des murs et des terrains de l'usine.

Lors de la reprise fin 2008, les locaux de l'usine n'avaient en effet pas été cédés au repreneur mais simplement loués, lui laissant deux ans, à savoir jusqu'à décembre 2010, pour faire une offre de rachat.

Las, en deux ans, les loyers seront irrégulièrement versés et début 2011, deux offres sont faites pour une cession définitive : la première par le dirigeant du site, Pierre Gavelle, qui s'engage pour un montant de 980 000 euros et la seconde, de 1 250 000 euros avec garantie de paiement, par un groupement dénommé Gutenberg, dont font partie la SAS SIM (groupe Riccobono), Séché-environnement et... Gilles Bruno, qui n'est autre... que le mari de Christiane Vulvert !

Devant l'écart des offres, le juge commissaire opte finalement pour l'offre faite par Gutenberg, un choix qui place de facto l'exploitant du site dans une situation délicate.

Situation délicate qui trouve sans doute une première conséquence directe dans le dépôt de bilan prévu aujourd'hui.

Plus d'articles sur les chaînes :

Haut-Rhin
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...