Pourquoi les Chypriotes peuvent désormais lire leur journal au petit déjeuner

L'impression sur place, en numérique, de quotidiens autrefois importés par avions, a totalement changé la donne.

L'adoption d'une technologie d'impression Kodak Versamark a révolutionné l'impression et la distribution des quotidiens d'information dans l'Ile.

L’imprimeur de journaux chypriote Hellenic Miller Newsprint, né d’une récente joint-venture entre Hellenic Distribution Agency ltd. et Miller Distributors ltd., a fait l’acquisition d’un système d’impression Kodak Versamark VL4200 destiné à l’impression de pas moins de 25 titres étrangers.

« Depuis deux ou trois ans, on assiste à un déclin des ventes de journaux dont le prix est poussé à la hausse par l’augmentation des coûts du fret aérien », explique Michalis IACOVIDES, Directeur général et propriétaire de l’entreprise qui distribue presque exclusivement des journaux étrangers sur l’île de Chypre. « Or, de par notre situation insulaire, nous dépendons du transport aérien. Et comme la hausse des coûts du fret ne semble pas près de s’arrêter, la décision d’investir dans nos propres installations d’impression se justifiait pleinement d’un point de vue commercial. »

L’aspect financier ne constituait pas le seul enjeu ; les délais de livraison avaient également un impact non négligeable sur les ventes. M. Iacovides commente : « Quelques-uns des titres imprimés en Grèce ou en Turquie arrivaient vers 8 h du matin et étaient distribués en magasin entre 9 h et 9 h 30. La plupart seront dorénavant disponibles à l’heure du petit-déjeuner, sans surcoût. D’autres titres, qui nous parvenaient avec un jour de retard, seront eux aussi imprimés à temps pour le petit-déjeuner. »

Hellenic Miller Newsprint a suivi l’exemple de son confrère, l’imprimeur maltais Miller Newsprint, qui a entrepris la même démarche il y a 20 mois en réaction aux mêmes contraintes de coûts et de délais.

Depuis, les 60 titres internationaux qu’il distribue sont imprimés sur place. Résultat : une hausse de 20 % des ventes de journaux grâce à l’élargissement du lectorat séduit par les prix concurrentiels et la disponibilité le jour même.

« Certains clients nous ont confié qu’à Chypre, ils recevaient leur journal plus tôt qu’à la maison », souligne Malcolm Miller, CEO de Miller Group, avant de rappeler que l’initiative s’est d’abord heurtée au scepticisme des éditeurs. L’entreprise a également dû balayer les doutes émis par certains quant à la qualité des imprimés. « A partir du moment où le Financial Times a annoncé son soutien au projet, les autres éditeurs se sont montrés beaucoup plus prompts à lui emboîter le pas », poursuit M. Miller. « Grâce à cet investissement, notre organisation a considérablement gagné en flexibilité et, par conséquent, en compétitivité. Lorsque le transport se faisait par avion, nous recevions 100 exemplaires et pas un de plus, ce qui limitait les perspectives de vente et pouvait entraîner un dépassement de l’offre par la demande. Aujourd’hui, nous pouvons facilement imprimer des exemplaires supplémentaires en fonction des besoins. Notre nouveau système a également considérablement réduit notre empreinte sur l’environnement. »

Depuis la création de la joint-venture avec Miller Newsprint, tous les fichiers sont envoyés à Malte dès l’aube, puis à Hellenic Miller Newsprint pour la production des titres chypriotes.

« Même au vu du succès remporté à Malte, nous n’avons pas pris notre décision à la légère », assure M. Iacovides. « J’avoue que j’étais hésitant au début. Après tout, se lancer dans la production n’est pas une mince affaire. Mais après en avoir discuté avec divers éditeurs, nous avons conclu qu’il s’agissait de la meilleure solution. Face à la forte baisse des tirages, notre presse numérique constitue l’alliée idéale. »

M. Iacovides précise que la collaboration avec Kodak s’est en revanche imposée d’elle-même. « Nous connaissions la réputation de fiabilité de la solution Kodak, et nous n’avons pas été déçus. La qualité de la Versamark est excellente. Nous avons aussi pu compter sur la présence rassurante de Kodak, qui nous a prodigué toute l’aide spécialisée dont nous avons eu besoin. Grâce à tout cela, nous n’avons pas rencontré le moindre incident. »

La Versamark VL4200 offre une cadence de 125 mètres par minute à la résolution de 600 x 360 dpi.

Les premiers résultats depuis l’installation sont encourageants. « Notre nouveau service suscite un vif intérêt et nous tablons sur une hausse notable des tirages maintenant que nous pouvons effectuer la production à Chypre », conclut M. Iacovides « J’ai été très impressionné par le professionnalisme de Kodak. La société s’est montrée très à l’écoute de nos besoins et nous a accompagnés tout au long du processus. »

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...