TIFF ou EPS : mode d'emploi

Quelles sont les contraintes ou les avantages liées à l'utilisation du TIFF et de l'EPS ?

Les graphistes le savent bien : le choix du format d'enregistrement d'une image est important pour la manipulation et l'impression des fichiers. Dans une même maquette, il n'est pas rare de voir se cotoyer des fichiers TIFF, EPS et même JPEG. Quelles sont les limites de chaque format ? Outre le poids d'enregistrement, nous vous présentons ici leurs principales caractéristiques. Le format TIFF :
  • réservé aux images bitmaps
  • reconnait les modes de couleurs (RVB, CMJN) + codage
  • reconnait les images codées en 8 bits (niveaux de gris) et en 1 bit (mode bitmap)
  • ne reconnait pas le mode bichromie
  • permet une bonne prévisualisation dans XPress
  • au rippage, seule la partie visible de l'image dans un bloc est traitée.
  • autorise une compression de l'image LZW qui, contrairement au JPEG, n'est ni destructrice ni irréversible. Il est ainsi possible de ré-enregistrer l'image en retrouvant le poids du fichier avant lacompression.
  • la compression a une efficacité proportionnelle à la simplicité de la structure de l'image : les grandes zones d'aplats seront mieux compressées
  • ne reconnait pas les tracés vectoriels qui sont indispensables aux détourages
  • reconnait les couches alphas codées en 8 bits (256 niveaux de gris) : Cette caractéristique n'est pas pleinement exploitée dans par les logiciels de mise-en-page courants.
Le format EPS :
  • format basé sur une encapsulation du PostScript.
  • peut être soit de type bitmap,soit de type vectoriel
  • reconnait les modes de couleurs (RVB, CMJN)
  • reconnaît les images codées en 8 bits (niveaux de gris), en 1 bit (mode bitmap)
  • reconnaît les images en mode bichromie
  • n'affiche qu'une prévisualisation basse-définition dans XPress : difficilement présentable à un client à cause des différences de chromie
  • au Ripping, l'image est traitée en entier, même si elle n'apparaît que partiellement dans un bloc Xpress
  • permet une compression JPEG, seulement exploitable par certains rips, qu'il vaut mieux utiliser en qualité maximale à cause des caractéristiques de destruction et d'irréversibilité du format JPEG
  • permet de conserver les masques et les tracés vectoriels
  • ne reconnaît pas les couches alpha.
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...