Lourde restructuration en vue pour l'imprimerie du Monde

Le projet industriel dévoilé par Louis Dreyfus est on ne peut plus clair.

Alors que le Figaro vient de céder son imprimerie ultra-moderne de Tremblay en France (93) au groupe Riccobono, un autre groupe de presse français s'apprète lui à restructurer lourdement la sienne.

Dans un courrier adressé aux salariés de son imprimerie, Louis Dreyfus, patron du Monde, indique les grandes lignes de la restructuration à venir.

Une restructuration qui aura des conséquences tant sociales qu'éditoriales.

Il faut dire que le constat est amer : l'imprimerie du Monde est un foyer de lourdes pertes depuis des années et et en oeuvre un parc de rotatives ancien, qui ne correspond plus aux attentes du marché.

La perte du marché d'impression des Echos, du JDD, du Guardian et de Direct Matin ont fait perdre à l'imprimerie plus de 30% de son chiffre d'affaires.

D'ici 2013, les pertes annuelles pourraient attenidre près de 10 millions d'euros si rien n'est fait pour stopper l'hémoragie.

Dans ce cadre, le patron du Monde prévoit d'harmoniser la distribution du titre à Paris et en Régions.

Ce qui reviendrait à stopper 2 des 3 rotatives d'Ivry et à changer la restante par une presse plus moderne, au format berlinois.

Le plan de charge en région ne justifiant pas l'achat d'une seconde rotative moderne, l'impression des exemplaires destinés aux régions serait sous-traitée localement, auprès de groupes de presses comme Ouest-France, Ebra, La Voix du Nord...

En parallèle, le titre deviendrait un quotidien du matin et abandonnerait son anachronique positionnement du soir, positionnement qui ne lui apporte plus rien, sauf défavoriser sa diffusion et agacer ses abonnés.

Dans son courrier aux salariés, Louis Dreyfus précise enfin que dans le cadre d'un partenariat, l'imprimerie restructurée pourrait se positionner désormais sur deux marchés, le labeur et la presse : ""Un nouveau projet d’imprimerie presse-labeur, porté par un opérateur extérieur, serait une vraie solution d’avenir pour un nombre important de salariés dès lors qu’il serait économiquement équilibré. Ce projet, dans lequel le Groupe Le Monde s’impliquera, a notamment vocation à permettre le retour de la presse quotidienne gratuite sur ce type d’impression".

Un positionnement qui constituerait de facto une concurrence déloyale envers les rotativistes de labeur- qui ne bénéficient pas d'aident à l'achat de rotatives... - et signifierait une véritable déclaration de guerre à l'endroit des Ouvriers du Livre...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...