La dette du Groupe Hersant Media sous haute tension

La liquidation de la Comareg complique sa renégociation.

Pour le groupe de presse GHM, la liquidation de la Comareg, son pôle de presse gratuite de petites annonces, ne constitue qu'un feu qui vient de s'éteindre dans un plus vaste incendie.

Car le groupe issu de l'empire de presse de Robert Hersant, même débarrassé du foyer de pertes que constituait la Comareg, ploie sous le fardeau d'une dette particulièrement lourd : 200 millions d'euros.

Une dette contractée en 2007, lors de l'acquisition des quotidiens du groupe Lagardère, notamment de Nice Matin, et dont le remboursement était prévu avec la cash flow généré... par les petites annonces de la Comareg...

Autant dire que ce montage a vécu et le groupe de presse est dans l'incapacité, depuis un an, de faire face à ses échéance.

Dans ce contexte, les banques créancières du groupe, en fâcheuse posture, négocieraient d'arrache pied avec GHM.

Le groupe de presse aurait d'ailleurs conditionné son rapprochement avec le belge Rossel, à l'abandon de 90 millions d'euros de dettes par les banquess, à la grecque, 50 millions devant être repris par la nouvelle structure à créer.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...