Le constructeur de presses offset Manroland en cessation de paiements

La nouvelle est en train d'être annoncée aux salariés du groupe, à l'occasion d'un conseil de surveillance extraordinaire.

Depuis deux jours, les marchés financiers s'attendaient à cette nouvelle, depuis que les négociations de rachat de la société par un industriel avaient échoué, provocant d'ailleurs une forte hausse des cours de son concurrent, Heidelberg, à la bourse de Francfort.

Selon notre confrère Financial Times Deutschland (FTD), la société manroland a déposé un dossier relatif à sa déclaration de cessation de paiements auprès du tribunal de commerce d'Augsburg et cette nouvelle est en train d'être annoncée aux salariés du groupe, à l'occasion  d'un conseil de surveillance extraordinaire.

Cette situation est le reflet d'une conjoncture maussade pour le numéro 3 mondial des presses d'imprimerie, situation renforcée par des conditions d'accès au crédit toujours plus restrictives pour les imprimeries et un niveau de l'euro qui devient insupportable, même pour les sociétés allemandes, traditionnellement exportatrices.

Il y a quelques jours, les deux actionnaires de manroland, le constructeur de camions MAN et le fonds d'investissement Allianz Capital Partners (ACP), avaient annoncé rechercher de nouvelles solutions pérennes pour la société, terme pudique soulignant le fait qu'elles ne voulaient plus mettre la main au portefeuille, souhaitant céder l'entreprise.

manroland_400_04

Une solution avec un groupe industriel avaient été annoncée, qui n'a malheureusement pas abouti et une approche in extremis de ses compétitieurs allemands, les groupes Heidelberg et KBA, s'est également conclue sur un échec. Tout comme des pistes chinoises.

Fragilisée, la société, dont les origines remontent à 1845, qui emploie 6500 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 940 millions d'euros, et qui se positionne comme leader sur le secteur des rotatives d'imprimerie, souffre fortement sur le marché des presses offset feuille, traditionnel foyer de pertes, que des restructurations successives ne sont pas parvenues à éteindre.

Le placement de la société dans une situation similaire à un redressement judiciaire, pourrait lui permettre de se redimensionner sur les marchés où elle bénéficie d'avantages comparatifs forts, conduisant à un complet repositionnement stratégique.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...