Les ouvriers d'Hélio Corbeil mettent 1 million d'euros pour reprendre leur imprimerie

Ce projet de Scop sera étudié cet après-midi par le Tribunal de Commerce.

C'est cet après midi que les salariés de l'imprimerie Hélio Corbeil seront fixés sur leur sort.

Filiale du groupe Circle Printers France lui même issu de la reprise des activités européennes du géant canadien Quebecor World par un fonds d'investissement néerlandais, l'usine de Corbeil Essonnes n'avait pas fait l'objet d'un plan de reprise, suite à la faillite des activités françaises de Circle Printers.

Dans ce cadre, les salariés avaient obtenu du Tribunal de Commerce différents reports, afin de leur permettre de rassembler les fonds nécessaires au montage d'un dossier de reprise sous forme de Scop.  

Ce type de forme juridique bénéficie actuellement d'un regain d'intérêt comme le démontrent certains cas médiatiques, telle la reprise de la compagnie de Ferries Seafrance. Son intérêt réside dans une totale implication des salariés actionnaires alors que sa faiblesse est de facto la capacité de financement réduite desdits actionnaires, d'où des capitalisations souvent insuffisantes.

Dans le cas d'Hélio Corbeil, les salariés se présenteront aujourd'hui devant le Tribunal de Commerce avec un plan pour le moins complet :

  • un réorganisation de l'entreprise au terme de laquelle 40 des 120 salariés ont décidé de la quitter.
  • un financement global de près d'un million d'euros, incluant 400 000 euros venant des salariés de l'usine, 150 000 euros venant d'un prêt d'honneur du Conseil Régional et 400 000 euros d'indemnités que devraient toucher les salariés du site dans le cadre de sa liquidation.
  • la fidélité des principaux clients de l'imprimerie, TV Magazine (de Serge Dassault, sénateur maire de Corbeil et premier client de l'imprimerie), Télé 7 Jours et Télé Star.
Plus d'articles sur les chaînes :

Essonne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise