CreoScitex : état des lieux un an après la fusion (vol 2)

L’essentiel du chemin semble avoir été fait mais les douze prochains mois restent décisifs.

Le

Creo et Scitex ont monopolisé tous leurs efforts pour réussir une fusion qui a fait grand bruit et qui propulse la nouvelle entité aux tous premiers rangs des fournisseurs mondiaux des professionnels du prépresse. Tout en laissant au temps le temps de maturer la fusion, CreoScitex ne cesse de lancer des bouchons à partir de l’existant. Sans trop s’en écarter. C’est le cas de projets de connectivité croisée entre le Brisque (de Scitex) et le Trendsetter(de Creo) ou entre le flux de travail Prinergy(de Creo) et le Lotem (de Scitex). Sur le segment des CtF, en déclin, la firme va néanmoins innover. Elle s’apprête à lancer de nouveaux équipements de sortie film imposé 8 poses. " Le CtF 2 pages n’intéresse personne " commente Beaudwjin Neijens , " et le 4 poses pas beaucoup plus ". Les technologies de têtes d’exposition pour presses offset numériques s’annoncent plus porteuses compte tenu des nombreux partenariats possibles, si bien que CreoScitex se trouve d’ores et déjà engagé dans des relations de travail très suivies avec les constructeurs asiatiques. L’avenir sera néanmoins beaucoup mieux symbolisé dans les mois à venir par la sortie du Lotem 800 Quantum, premier CtP issu du croisement technologique entre Creo et Scitex. Coque Scitex, unité d’écriture Creo : ce sera le premier enfant reconnu du jeune couple.

Vers une synergie PrintCafé/Prinergy

Les nouvelles directions stratégiques finalement élues par les dirigeants de CreoScitex peuvent être principalement identifiées en trois groupes : les environnements de production intégrés, les médias et la prise en compte du secteur créatif comme partie intégrante de la population de professionnels à servir. Pourquoi cet engouement pour les environnements de production intégrés ? Parce que CreoScitex s’est forgé un outil dans ce sens, outil qui ne cesse d’engloutir des montagnes de capitaux : PrintCafé. PrintCafé aurait déjà 700 clients aux États-Unis. En France, Maury Imprimeur a adhéré au concept. C’est déjà un succès mais Jean-Paul Maury, on le sait, n’aime pas être déçu… Quoi qu’il en soit, CreoScitex sent frémir une volonté de professionnalisme pour répondre à la complexité grandissante des problèmes de gestion de flux. PrintCafé pourrait-il alors espérer bientôt dégager des bénéfices ? L’espoir est d’autant plus grand que CreoScitex a la certitude de posséder, avec Prinergy, un outil très complémentaire. Des synergies évidentes seront donc créées entre PrintCafé, qui s’attache à faciliter les transactions commerciales et l’organisation d’ensemble de l’entreprise, et Prinergy, pour gérer le contenu (transfert, correction des pages, etc.) Si, par ailleurs, CreoScitex " fait " dans le développement sans traitement chimique, c’est " pour faire avancer la charrette " dit-on à Bruxelles, " et taquiner les grands du consommable ". La véritable idée force est cependant que s’intéresser à ce consommable est devenu quasiment inévitable pour un grand fournisseur du prépresse. CreoScitex nous promet donc quelques annonces dans le domaine de l’écriture numérique sur presse et les polymères réversibles. Le procédé " liquide " SP mis au point avec Agfa en est déjà un exemple.

CreoScitex pour l’intégration des marchés amont

On le sait : depuis déjà quelques années, la " chaîne graphique " n’est plus ce qu’elle était. Les nouvelles technologies ont mis à la portée de ceux qui étaient partenaires des photograveurs et des imprimeurs des outils qui les incitent à s’immiscer dans le flux de production. En d’autres termes, la production débute aujourd’hui plus haut en amont. D’où la volonté de CreoScitex d’être présent dans cette direction, d’autant que la disparition des structures de photogravure telles que nous les connaissons disparaissent de manière très rapide. " Les outils de PAO actuels ne sont pas toujours adaptés à une production qui se tienne " constate Beaudwjin Neijens, " notre rôle pourra donc être double : d’une part, résoudre les problèmes que rencontrent les agences lorsqu’elles entreprennent de réaliser un travail de création de qualité professionnelle, et, d’autre part, faciliter la liaison avec l’imprimeur qui va devoir réceptionner le travail ". Cosulter la première partie de cet article. Tous les articles sur CreoScitex

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO