Les bons chiffres de KBA sur le premier semestre

A la Une de GraphiLine aujourd'hui, le quotidien d'actualité des industries graphiques et de l'imprimerie, les bons chiffres semestriels du constructeur de presses d'imprimerie allemand KBA

Malgré une situation économique difficile, le deuxième constructeur de presses offset mondial a présenté d'excellents résultats financiers pour le 1er semestre 2012.

Grâce à un cashflow opérationnel de 65,7 M€, tous les investissements prévus ont pu être financés avec des capitaux propres. De plus, le cashflow libre qui a grimpé à 55,8 M€ a fait augmenter la trésorerie du groupe de façon conséquente. Du côté des rendements, une nette amélioration a pu également être constatée grâce à la hausse du chiffre d'affaires de 16%, à de nouveaux produits innovants et aux effets positifs résultant du programme de réduction des coûts qui avait été mis en place l'année dernière.

kba_400_04
kba_400_04

En mai de cette année, KBA a célébré son entrée sur le marché de l'impression numérique en présentant à la drupa sa première rotative à jet d'encre, développée et produite dans l'usine de Wurtzbourg, la RotaJET76.

A moyen terme, KBA espère pouvoir compenser avec ce nouveau secteur d'activité au moins en partie le déclin du marché des rotatives offset. Les premières ventes sont attendues pour la deuxième moitié de cette année. Grâce à la stimulation du marché par la drupa, KBA a enregistré au cours du deuxième trimestre 2012 des prises de commandes d'une valeur très élevée de 211,1 M€ pour les presses offset feuilles. Sur l'ensemble de la période de référence, les commandes en offset feuilles ont atteint 364 M€, ce qui représente une hausse de 17,4%  par rapport à 2011 (2011 : 310,1 M€).

Pour les rotatives et machines spéciales en revanche, les commandes n'ont atteint que 215,3 M€ (2011 : 372,8 M€). Malgré de nombreuses nouveautés présentées à la drupa, les rotativistes restent très prudents quant aux investissements. Avec 579,3 M€ la valeur globale des prises de commande du groupe est restée en-dessous de la valeur exceptionnelle de l'année dernière (2011 : 682,9 M€), ce qui représente une baisse de 15,2%.

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe KBA a lui augmenté de 15,9% pour atteindre 590,5 M€ (2011 : 509,7 M€). Dans le segment des rotatives et des machines spéciales plusieurs installations pour l'impression de billets de banque, de journaux et de labeur ainsi que des systèmes de marquage ont contribué à la réalisation d'un chiffre d'affaires de 347,5 M€, une hausse de 38,2% par rapport à l'année précédente (2011 : 258,2 M€). La drupa va avoir des effets positifs sur le chiffre d'affaires qu'à partir du deuxième semestre 2012.

Malgré le recul des commandes, le portefeuille des commandes a atteint une valeur exceptionnelle de 814,5 M€ à la fin du mois de juin et a donc dépassé d'un tiers la valeur de  614 M€ qui avait été enregistrée pour la même période en 2011. En offset feuilles les commandes en portefeuille ont grimpé de 25,8% et pour les rotatives et machines spéciales de 36,3%.

Grâce à l'augmentation du chiffre d'affaires et de la marge brute, qui est de 29% maintenant, le résultat opérationnel du groupe s'est amélioré de 7,3 M€ à 13,6 M€. En ce qui concerne les rotatives et machines spéciales, le résultat a pu atteindre 31,7 M€ (2011 : 14,1 M€), même si la rentabilité est en baisse pour les rotatives de presse et de labeur classiques en raison d'une demande plus faible et d'une pression de plus en plus importante sur les prix. En plus d'une marge sur coût variable plus élevée résultant de l'augmentation du chiffre d'affaires, les activités très rentables du service après-vente et la part plus élevée de machines spéciales ont contribué à ce résultat.

Du côté des presses offset feuilles, le retard en termes de chiffre d'affaires, les dépenses liées à la drupa, ainsi que d'importants coûts qui résultent de la mise sur le marché d'une nouvelle génération de presses ont affaiblit le résultat opérationnel. Malgré une pression continue sur les marges, le résultat du segment feuilles s'est amélioré grâce aux efforts de réduction des coûts à hauteur de 3,3 M€ et s'élève au 30 juin à -18,1 M€ (2011 : -21,4 M€).

Pour ces deux segments clés, la direction de KBA a récemment élargi ses programmes de réduction des coûts. Avec un résultat financier de -5,7 M€ le résultat avant impôts qui était encore négatif le premier semestre 2011 (-11 M€) s'est nettement amélioré et s'élève aujourd'hui à +7,9 M€. Le résultat consolidé de 4,5 M€ (2011 : -14,7 M€) correspond à un bénéfice de 0,27 M€ par action.

Malgré des stocks plus importants destinés aux livraisons imminentes, le cashflow opérationnel atteint 65,7 M€, ce qui représente une hausse de plus de 100% par rapport à 2011 (32,3 M€). Ceci s'explique notamment par un meilleur résultat, moins de créances et des acomptes clients plus élevés. Après déduction des versements pour le financement d'investissements, le cashflow libre de 55,8 M€ dépasse de très loin la valeur de l'année précédente (2011 : 15,4 M€). En conséquence, la trésorerie a continué à augmenter pour atteindre 205,2 M€. La position financière nette a atteint à la fin du premier semestre avec 168,7 M€ une nouvelle valeur record. Grâce aux efforts réussis du cash-mangement pour atteindre une liquidité exemplaire et d'importants capitaux propres (valeur : 473,7 M€ ; taux : 36,5 %), le deuxième constructeur de presses offset du monde dispose d'un fort profil financier. D'importantes lignes de crédit destinées à financer l'extension des activités du groupe viennent s'y ajouter.

Le chiffre d'affaires sur le marché national ayant baissé de 18,6% par rapport à 2011, le taux d'exportation a augmenté jusqu'atteindre 89,7%. Tiré par la Chine, le chiffre d'affaires dans la région d'Asie Pacifique a atteint avec 27,4% presque le même poids que le marché Européen. Alors que la région Amérique Centrale, Amérique du Sud et Afrique cumule 26,7% du chiffre d'affaires global, la part de l'Amérique du Nord a baissé de 8,3% à 7,0%.

Au 30 juin 2012, le groupe KBA a employé 6.252 collaborateurs, dont 329 apprentis. Sans la nouvelle société consolidée Print Assist AG (Suisse) le nombre d'employés se situe de 134 personnes en-dessous de la valeur 2011 (6.371). Entre autre en proposant aux employés seniors de travailler à temps partiel et de partir en retraite plus tôt, la masse salariale du groupe continuera à baisser pour arriver en-dessous du seuil de 6.000 personnes.

Malgré l'inquiétude de nombreux clients face à la crise de l'euro, une demande en baisse notamment dans les pays d'Europe du Sud suite à la traversée d'une période de récession, une faible conjoncture sur d'autres marchés, ainsi qu'une situation économique et politique instable, la direction de KBA maintient ses objectifs pour l'année 2012.

Parmi ces objectifs : une hausse du chiffre d'affaires pour atteindre plus d'1,2 milliards d'euros, une amélioration du résultat consolidé avant impôts (EBT) pour atteindre un montant en millions à deux chiffres. La direction se base pour ces prévisions sur les hypothèses que le programme récemment élargi de réduction des coûts pourra être mis en œuvre comme prévu et que la situation économique globale ne se détériore pas davantage.

Claus Bolza-Schünemann, Président du Comité de Direction, signale dans le cadre du rapport semestriel que KBA travaille dur pour améliorer son résultat dans les segments clés fortement touchés par le changement structurel de l'industrie, les presses offset feuilles et rotatives. En dépit de la baisse du volume du marché, KBA compte améliorer rapidement la rentabilité du segment des rotatives grâce au renouvellement et à la recentralisation du portefeuille produits débuté récemment, à la concentration des activités dans un seul ressort au niveau du Comité de Direction et à la flexibilisation des temps de travail. Des mesures similaires ont été également entamées pour le segment des presses offset feuilles visant à optimiser les processus et à diminuer davantage les coûts de production. D'autres mesures concernant les achats et la production de tous les sites KBA accompagnent ces programmes de réduction des coûts.

 
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...