Un pied de nez à la crise de la presse quotidienne : le succès de la presse agricole

L’avenir de la presse est-il agricole ? l'information est un besoin permanent pour des agriculteurs de moins en moins nombreux et de plus en plus spécialisés.

Un  agriculteur en France passe en moyenne 8 heures par semaine sur Internet, mais comme pour le reste de la population, l’augmentation du temps passé sur Internet ne signifie pas moins de lecture de presse papier : les titres de la presse destinée aux agriculteurs prospèrent.

Et même, cependant que la presse quotidienne en général rencontre des difficultés (arrêt en 2012 de France Soir et de La Tribune), la presse agricole se porte bien, merci.

La presse agricole propose des titres nationaux ou régionaux, comprenant des revues spécialisées comme les mensuels  «Réussir Vigne» (25 500 exemplaires), «Le Journal du Fermier et du Métayer» (3 000 exemplaires) ou «La Champagne Viticole» (565 exemplaires).

Mais les agriculteurs ne plébiscitent pas seulement la presse, mais aussi ses dérivés, et en premier lieu la publicité : panneaux publicitaires, annonces dans les journaux papier, communication par l’objet…

Ainsi, le 15 mars dernier, le Syndicat National de la Presse Agicole et Rurale (SNPAR) a remis les Phoebus 2012, récompensant la publicite de la presse agricole et rurale, devant près de 300 annonceurs et représentants d'agences de publicité de la presse agricole et rurale. 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...