Petit précis de pratique typographique d'hier, de toujours et d'aujourd'hui : la perluète

Si le « & » fait aujourd’hui partie du langage commercial, ce signe était dans le passé un outil typographique à part entière

C’est une abréviation que l’on trouve actuellement dans les dénominations sociales ou les marques (Tartempion & Cie). 

Il s’agit aujourd’hui d’un logogramme (signe qui représente un concept quelle que soit la langue utilisée) signifiant « et » en français. L’exemple le plus flagrant est le logo actuel de France Télécom, reprenant la symbolique du lien.

A l’origine, pourtant, « & » était la contraction des lettres « e » et « t » et pouvait de ce fait faire partie d’un mot ou d’une autre abréviation comme « etc. » qui s’écrivait alors « &c. » . La contraction du « et » latin signifiant « et » (ou « and » en anglais) est devenue un symbole de la conjonction de coordination « et » sous le nom de « perluète » (« ampersand » en anglais ; d’autres appellations moins fréquentes peuvent lui être données, comme « esperluette » ou « pirlouète »).

On ne sait pas exactement de quand date la perluète, mais elle a été utilisée par Alde Manuce (1450-1515), un imprimeur de Venise.

Depuis le XIX siècle, l’usage de la perluète a été retreint aux marques et noms commerciaux, alors qu’auparavant elle était couramment utilisée pour les imprimés à la place des deux lettres « e » et « t » dans un même mot et a même été considérée comme une 27ème lettre de l’alphabet, « ète ».

Aujourd’hui, appelée « et » commercial, en pratique typographique la perluète ne doit jamais remplacer le « et » entre deux noms communs. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...