L’imprimerie Jean Lamour à Maxéville (54) est à reprendre (1/2)

Des bonnes feuilles au livre, une belle histoire qui ne demande qu’à continuer.

C’est toute l’histoire de l’imprimerie qui défile lorsque l’on interroge Gilbert Luce, directeur de l’imprimerie Jean Lamour à Maxéville (54).

L’imprimerie Jean Lamour, appartenant au groupe Qualibris, a été mise en liquidation le 21 novembre 2012. Les dossiers de reprise devront être déposés pour le 7 janvier 2013. Pouvez-vous nous parler de votre société ?

Gilbert Luce, directeur de l’imprimerie Jean LamourC’est un fleuron de l’imprimerie, qu’il serait dommage de ne pas exploiter ! nous avons un savoir-faire reconnu, qui vient des débuts de l’imprimerie puisque nous avons travaillé pour les reliures Brun, et qu’à l’origine de tout cela il y avait Berger-Levrault, libraire puis imprimeur depuis 1676 ! 

Bien sûr, les choses ont évolué puisqu’avec la fermeture des Reliures Brun fin janvier 2012, nous avons perdu notre principal client, avec lequel nous avions une belle histoire commune, et un savoir-faire ancestral et reconnu.

Cette fermeture était la preuve que notre secteur n’est pas sinistré par manque de compétences : les Reliures Brun étaient une mine d’or en matière de savoir-faire…

Aujourd’hui encore nous sommes plutôt bien équipés : nous avions investi l’an dernier dans une KBA 120 x 160-162a, le matériel idéal pour notre activité d’édition ; nous sommes reconnus sur le marché, de par notre histoire, mais aussi parce que nous nous sommes toujours efforcés de répondre aux évolutions de la demande ; et nos équipes, 42 personnes à ce jour, ne demandent qu’à évoluer et à se former.

=> seconde partie de l’interview (2/2)

Plus d'articles sur les chaînes :

Meurthe-et-Moselle
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise