Pour Presstalis, l’année prochaine va être ardue

Tout le secteur de la presse est en difficulté mais pour les 2 500 salariés de Presstalis, la nouvelle année risque de ne pas apporter que des bonnes nouvelles.

La moitié des salariés licenciés, c’est ce que prévoit le plan social contre lequel les syndicats s’insurgent. Et les diverses actions menées ça et là contre les réductions d’effectifs n’arrangent rien. Au contraire. En effet, l’absence des journaux en kiosques suite à des mouvements sociaux amoindrit encore leur visibilité.

En filigrane, bien sûr, c’est le pluralisme de la presse écrite qui est en question selon les opposants au projet. Mais le projet de budget pour 2013 en France donne déjà une partie de la réponse, avec la diminution globale des aides à la presse. Il faut souligner que les ventes de la presse papier ont notablement diminué ces dernières années.

35 millions d’euros ont été nécessaires pour redresser l’entreprise, dont l’essentiel en prêts et aides publics, et moyennant un accord avec sa direction et ses actionnaires. Les éditeurs de presse, outre la diminution des aides qui leur sont allouées par l’état, devront aussi faire un effort pour aider au redressement de Presstalis, ce que les concurrents du distributeur ne voient pas d’un très bon œil.

 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...