En 2009, on avait deux options, faire le dos rond ou passer à l’offensive (1/2)

Roger Notte expose sur GraphiLine la stratégie de rachat de ColorPrint (Paris).

Trois ans après le démarrage de sa politique de rachats d’entreprise, Roger Notte fait le point.

Comment se porte le groupe ? et comment ça s’est passé ?

Roger Notte, dirigeant de Color Print - Ca s’est très, très bien passé ! le chiffre d’affaires a doublé en l’espace de trois ans …de deux millions cinq, on est passés à cinq millions cent cinquante en 2011 ! et en 2012 ce sera mieux…

Combien de salariés ? 

RN - Toujours 33-34 personnes

Rappelez-nous les différentes entreprises rachetées…alors Colorprint, c’est aussi Suisse Imprimé, c’était deux entreprises complémentaires…et ensuite ? 

RN - En 2009 , on a racheté IOP, l’imprimerie de l’Ouest Parisien, la société Corim qui était implantée à Paris, rue du Louvre, et puis l’année d’après, en 2010, cela a été le tour de la société JFM qui fait en plus de la reprographie, et cela s’est terminé en 2011 par le rachat de Nord Graphique.

Nord Graphique, qui était plutôt dans le numérique...

RN - Non, Nord Graphique, ils étaient plutôt dans tout ce qui était institutionnel : les concours administratifs.

Pourquoi cette politique ?

RN - En premier lieu parce que l’économie en 2009 allait très mal, donc il y avait deux choix, le premier c’était de faire le dos rond, et le second, c’était de passer à  l’offensive,

Nous avons préféré passer à l’offensive, et cela a été un choix gagnant. 

=> un choix humain (2/2)

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

SUISSE IMPRIMERIE recrute

Actualités de l'entreprise