Interview - le papier, c’est le contraire de la fracture numérique

Jacques Krabal, député maire de Château-Thierry dans l’Aisne, explique sur GraphiLine son attachement au papier.

Le papier est un media essentiel selon le député-maire de Château-Thierry. Et c’est aussi ce que montre l’histoire locale. 

En matière de communication, vous êtes un inconditionnel du papier…

Jacques Krabal, député-maire de Château-Thierry - Oui, pour plusieurs raisons. D’abord le papier est lié à la ville de Château-Thierry : nous avons une entreprise de recyclage de vieux papiers, une très très grosse imprimerie, qui était l’imprimerie Jean Didier Québecor, maintenant H2D…

Nous avons des imprimeurs de qualité, et puis nous sommes liés au papier, à l’écrit : Jean de la Fontaine est né sur le territoire tout le monde connaît ses fables. 

De même Jean Racine, Camille et Paul Claudel, et Alexandre Dumas sont nés dans le coin. Et en dehors de ces éléments historiques, il y a une volonté politique, parce que le papier, c’est un support qui aujourd’hui est accessible à tout le monde, ce que n’est pas forcément le numérique…

Pas de fracture, donc !

JK - Il n’y a pas de fracture avec le papier. Et avec des écrits de qualité, sur papier, il y a un rapport un peu charnel. Le contact est agréable, c’est un contact qui nous vient de notre tendre enfance et qui ne nous quitte pas…

C’est pourquoi je considère qu’il y a un lien, il y a une communication qui se fait. Au-delà du support, c’est ce contact qui fait qu’aujourd’hui, on touche directement les gens, plus qu’avec le numérique…

=> Un bien meilleur taux de retour avec le papier

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...