Recherche au LGP2 – une nouvelle technique pour des étiquettes auto-adhésives

Microencapsulation d’adhésif : c’est le nom barbare d’un nouveau concept développé par un thésard du Laboratoire du Génie des Procédés Papetiers, Robin Abderrahmen, dirigé par les professeurs Naceur Belgacem et Didier Chaussy.

But du jeu : fabriquer une étiquette « environmental friendly », ce qui n’est pas si évident. Il s’agissait là de se passer de la dorsale siliconée, couche de silicone qui permettra ensuite de décoller l’adhésif, plus ou moins facilement en fonction de la composition de la couche.

L’étudiant, pour ses travaux expérimentaux, a utilisé une technique totalement différente : au lieu de procéder par couches ayant chacune une fonction spécifique, il a remplacé le tout par des microcapsules qui enrobent chacune l’adhésif et résistent tant que le produit obtenu n’est pas utilisé. En d’autres termes, l’auto-adhésif obtenu fonctionne comme un auto-adhésif à base de silicone, que ce soit pour la fabrication du produit, son stockage ou son utilisation.

L’objectif est en effet d’obtenir une barrière suffisamment étanche pour que l’adhésif  ne colle pas avant qu’on en ait besoin, mais conçue pour que l’adhésion se fasse au moment où l’utilisateur applique le produit sur une surface.

Objectif atteint et démontré lors de la thèse soutenue à l’INP-Pagora (voir notre article). Il ne reste plus qu’à passer à la phase industrielle ! 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...