Le festival d’Angoulême commence aujourd’hui

Entre manifestations traditionnelles, jeunes auteurs et explosion des produits dérivés de la bande dessinée, le festival d’Angoulême ouvre sa quarantième édition.

Le contexte morose de ce début d’année épargne les éditions de collection, qui s’arrachent à des prix inégalés. Pour ce qui est de l’actualité, le festival laisse, comme de coutume, la part belle aux ateliers et rencontres, dans un mélange savamment dosé de jeunes talents et de valeurs sûres de la BD. 

En vedette, Astérix et Obélix, et aujourd’hui Uderzo étaient à l’honneur. Pour le reste, ateliers, conférences et expositions devraient offrir aux visiteurs de quoi se remplir les yeux. 

Une spécialité du festival d’Angoulême, le concert dessiné, aura encore une fois toute sa place, avec des démonstrations en live d’auteurs comme Zep, le dessinateur de Titeuf. 

Le dessin animé n’est pas laissé de côté, et des styles comme le manga ou l’héroic fantasy s’ancrent un peu plus dans les habitudes de cette manifestation devenue institutionnelle.

Enfin, pour la quarantième édition du festival, les règles de désignation du lauréat du Grand Prix ont été un peu bousculées : une liste de seize noms sera soumise au vote de tous les exposants du festival (et non plus seulement des anciens lauréats), qui choisiront ainsi un auteur qui recevra un prix pour son ouvre et présidera le festival suivant. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...