Interview - Buromatic (59), un concessionnaire bureautique en forte croissance

Benoît Ganucheau

Une progression constante depuis quatre ans.

Benoît Ganucheau nous parle du développement de Buromatic, concessionnaire Konica Minolta à Valenciennes.

Benoît Ganucheau, vous êtes le président de Buromatic, un concessionnaire Konica Minolta à Valenciennes. Pouvez-vous nous parler de la relation avec votre constructeur ?

Benoît Ganucheau, président de Buromatic - Le moteur de cette relation, ce qui fait sa dynamique, c’est notre intérêt commun. C’est ce qui prévaut dans nos projets, que ce soit à trois ou à cinq ans. Ce qui nous intéresse, c’est ce qui est positif. Et cela a toujours été comme cela depuis que je connais le groupe Konica Minolta.

Et je crois que c’est la force de notre réseau, parce que tous les acteurs indépendants qui rejoignent le réseau fonctionnent avec la même philosophie. Et nous sommes tout de même près de quatre-vingt.

A propos de dynamique, pouvez-vous nous donner quelques chiffres ?

BG - Nous n’avions que huit salariés au départ, nous en avons aujourd’hui une cinquantaine, pour un chiffre d’affaires de huit millions d’euros. 

Je pense que c’est une résultante du choix que nous avons fait d’être mono-marque, de ne distribuer que des produits de la gamme Konica Minolta. Nous avons appliqué en interne la philosophie du fabricant dans son développement.

Quel est le marché qui, chez vous, se développe le plus fortement ?

BG - Encore une particularité du groupe Konica Minolta, nous sommes présents vraiment partout. Nous avons tous types de clients, collectivités, PME, associations, petits comptes, artisans etc., mais aussi grands comptes.

Nous équipons ainsi des organismes comme l’URSSAF, la Communauté Urbaine de Lille, des grands comptes nationaux, et nous sommes aussi amenés à honorer en province les accords passés à Paris par Konica Minolta.

Comment se répartit en gros votre chiffre d’affaires, entre le production printing et l’office ?

BG - J’ai démarré dans le production printing un petit peu après que Konica l’ait fait, et aujourd’hui cette activité devrait atteindre les 10 % du chiffre d’affaires cette année.

Comment s’est passée l’année 2012 pour vous, et comment anticipez-vous l’année 2013 ?

BG - Jusqu’à présent nous avons une croissance d’un million d’euros par an. Nous espérons avoir la même progression cette année que les précédentes, mais le marché est plutôt tendu, donc je pense qu’il faut rester prudents. Mais nous devrions tout de même être en progression.

Plus d'articles sur les chaînes :

Nord
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...