Interview – impression de journaux et de magazines en numérique avec l'Impika iPrint Compact

Les Hunkeler Innovation Days ont été l'occasion pour le constructeur de nous présenter l'iPrint Compact, une imprimante de production couleur avec deux lignes de finition.

Paul Morgavi, président d'Impika, commente l'actualité du constructeur français pour Graphiline.

Paul Morgavi, que pouvez-vous nous dire de l'actualité d'Impika en ce moment, en particulier sur ces Hunkeler Innovation Days de Luzern ?

Paul Morgavi, président d'Impika - Nous sommes venus aux Hunkeler Innovation Days pour montrer nos machines, notamment notre imprimante de production iPrint Compact, qui permet d'imprimer toute une série de supports.

L'atout de cette imprimante est qu'elle est connecté à deux lignes de finition : ainsi le matin vous pouvez imprimer les différents journaux du jour que vous avez reçus par voie électronique la nuit, et avec la deuxième ligne de finition qu'on fait tourner l'après-midi, l'après-midi, vous pouvez imprimer tout ce qui est book, magazine, avec une très haute qualité d'impression. Le tout est bien sûr en jet d'encre couleur haute définition.

A quelle vitesse tourne l'iPrint Compact ?

PM - L'iPrint Compact peut tourner à deux vitesses, soit 125 mètres par minute, soit 75 mètres par minute, en fonction de la qualité qu'on veut obtenir, sachant que c'est une machine d'entrée de gamme. Nous proposons donc des machines beaucoup plus rapides, jusqu'à 375 mètres / minute, ce qui place nos machines parmi les plus rapides du monde.

gh121_photo_400
gh121_photo_400

Quelles autres nouveautés mettez-vous en avant ? 

PM - Nous présentons aussi des moteurs d'impression, c'est-à-dire des systèmes jet d'encre qui viennent s'installer sur des machines existantes, qui permettent de faire du repiquage, de rajouter de la variabilité sur par exemple une presse offset qui a besoin de recevoir des informations variables, soit en couleur, soit en monochrome.

Quelques mots sur le déroulement de l'année 2012 pour Impikca ?

 PM - Une bonne année ! Le numérique connaît un petit peu la crise, mais pour nous cela n'a pas été comparable à ce que subit en ce moment l'ensemble de la profession. Nous sommes en progression, aussi bien en termes de personnes que de chiffre d'affaires, donc nous sommes très confiants pour l'avenir.

2013 s'annonce vraiment sous de très bons auspices, avec notamment l'export, qui est très moteur aujourd'hui pour nous.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces bonnes nouvelles  ? quelques chiffres ?

PM - Nous avons un chiffre d'affaire d'un peu plus de 16 millions d'euros, et nous sommes à peu près 55 salariés.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...